Petit déjeuner familial et casse-tête des régimes

Papa a du cholestérol, Maman une intolérance au lactose et une sensibilité au gluten, Papy est hypertendu et Mamie diabétique. Chacun a donc un régime « sans ». Comment gérer le petit déjeuner familial sans mettre les enfants à des régimes dont ils n’ont pas besoin ?

PUB

Petit déjeuner : pourquoi c’est important

Boire et manger suffisamment le matin, c’est, aussi bien pour les adultes que pour les enfants, le bon et seul moyen de démarrer une journée alimentairement équilibrée.

Si vous partez au boulot le ventre vide, arrive un moment dans la matinée où vous ne vous sentez pas bien : estomac gargouillant, tête vide, ce qui n’est pas vraiment le top de la performance pendant une réunion !

Si vous ne satisfaites pas cette fringale en grignotant un truc sucré et gras, ça va empirer jusqu’au déjeuner. Ce grignotage risque de vous couper l’appétit pour ce repas. Du coup, vous mangerez moins, vous aurez faim dans l’après-midi, etc.

Vous le savez, évidemment ! Sauter le petit déjeuner, c’est la porte ouverte au déséquilibre alimentaire et à la prise de poids.

C’est valable aussi pour les enfants. D’où l’importance d’user de votre autorité naturelle et de réunir la famille pour un petit déjeuner suffisamment copieux.

Petit déjeuner : tout le monde au « régime sans » ?

Quand l’un n’a pas droit au beurre et ne mange que de la margarine, quand les autres (ou l’autre) ne consomment que du pain sans gluten et/ou du lait sans lactose, et/ou remplacent le sucre par un édulcorant, ne veulent que des confitures sans sucre et/ou du pain sans sel, autrement dit quand les « régimes sans » se multiplient, le petit déjeuner devient alors un vrai casse-tête !

Faut-il alors ne mettre sur la table que les produits adaptés à chacun de ces « régimes sans » ?

C’est la solution de facilité. Vous serez sûr qu’aucun des assujettis à un régime ne soit tenté et fasse un écart ou ne râlera parce qu’il ne trouve pas sa margarine anti-cholestérol ou son édulcorant et ne vous accuse de sa mort prochaine faute de n’avoir pas respecté son régime médical.

PUB
PUB

Oui… mais les enfants n’ont pas besoin, sauf quelques rares exceptions, de suivre un régime sans cholestérol, sans sel, sans sucre, sans gluten, sans lactose !

Alors, mettez aussi sur la table du petit déjeuner les bons produits dont les enfants ont besoin. C’est l’affaire des adultes de se contrôler pour ne pas pécher !

Petit déjeuner et régime sans gluten

On ne sait pas encore grand-chose de cette sensibilité au gluten qui s’est spectaculairement multipliée depuis deux ou trois ans, coïncidant bizarrement avec la mise sur le marché d’une profusion de produits industriels sans gluten.

Si, très malheureusement, vous avez un enfant qui a une véritable intolérance au gluten, soit une maladie cœliaque, il est évident qu’il ne doit pas consommer de produits contenant cette protéine puisque c’est le seul traitement.

Mais si vous avez adopté un régime sans gluten alors que vous ne souffrez pas de cette maladie, il n’y a aucune raison de l’imposer à vos enfants. Même si vous vous sentez mieux !

Petit déjeuner et régime sans lactose

L’intolérance au lactose est très fréquente : le pancréas ne sécrète plus de lactase, l’enzyme nécessaire à la digestion de ce glucide. Cette sécrétion est suscitée par l’arrivée du lactose du lait dans le tube digestif. Moins on en boit, plus elle se ralentit.

C’est pourquoi il est important qu’un enfant boive du lait normal le plus longtemps possible : ainsi son pancréas ne risque pas de s’endormir.

Imposer du lait sans lactose à un enfant, c’est à coup sûr l’installer dans une intolérance au lactose précoce.

Petit déjeuner et régime sans cholestérol

Sauf si votre enfant a une hypercholestérolémie, forcément dépistée par le pédiatre, il n’y a aucune raison de le priver de beurre au petit déjeuner.

Celui-ci lui apporte une partie de la vitamine A dont il a besoin. Et un bon beurre, surtout s’il est fermier, a un bien meilleur goût et ne contient pas d’additifs comme toutes les margarines anticholestérol.

Petit déjeuner et régime sans sel

Réduire le sel dans l’alimentation familiale de tous les jours est une sage décision car, grâce aux produits industriels, nous en consommons toujours trop.

Mais, sauf si votre enfant est sous traitement de corticoïdes, il n’y a aucune raison de lui imposer du pain sans sel au petit déjeuner.

Cela dit, s’il est accro aux céréales de petit déjeuner, qui sont particulièrement riches en sel pour la plupart, il est temps de le convaincre d’adopter les bonnes tartines de pain/beurre/confiture qui sont la base d’un petit déjeuner équilibré !

Petit déjeuner et régime sans sucre

Votre enfant n’est pas diabétique ? Alors, rien ne justifie de sucrer son bol de lait avec un édulcorant.

Mais ça n’est pas une mauvaise idée que de limiter le sucre au petit déjeuner.

Sur la table, mettez du jus de fruit frais, fait maison ou acheté frais en veillant bien à ce qu’il n’y ait pas de sucre ajouté. Oubliez le Nutella ou autre pâte à tartiner trop grasse et trop sucrée. Et ne multipliez pas les pots de confiture : une cuillerée à café sur une tartine, c’est la bonne dose.

Publié par Paule Neyrat, Diététicienne le Mardi 08 Septembre 2015 : 12h02
Mis à jour le Mardi 08 Septembre 2015 : 12h02
Source : C. Catassi, J.C. Bai & al. Non-Celiac Gluten Sensitivity: The New Frontier of Gluten Related Disorders, Nutrients. 2013 Oct; 5(10): 3839–3853.
T Sahi, « Genetics and epidemiology of adult-type hypolactasia », Scand J Gastroenterol Suppl, no 202,‎ 1994, p. 7-20.
Health Food Junkies. Orthorexia Nervosa : Overcoming the Obsession with Healthful Eating”, Steven Bratman, David Knight, Broadway Books, New York, 2001.
La rédaction vous recommande sur Amazon :