Pause sandwich : comment manger équilibré ?

Nous sommes de plus en plus nombreux à déjeuner à l'extérieur et à recourir à la restauration rapide. Est-ce vraiment néfaste pour la santé ? Peut-on réussir à manger équilibré ?
Publicité

Restauration rapide : une réelle diversité alimentaire

La restauration rapide a littéralement explosé dans les villes. De la simple boulangerie au stand Gourmet des Galeries Lafayette, partout où l'on se trouve on peut acheter un sandwich ou équivalent. Comble du bonheur, dans la rue, en salle, voire dans un salon ou à un comptoir, on peut manger bien plus qu'un simple sandwich.

L'offre s'est considérablement diversifiée, allant des soupes aux compotes, en passant par les yaourts et les sandwichs suédois au saumon, voire végétariens, sans oublier les hot-dogs, les parts de quiche et les très célèbres paninis. Certaines enseignes proposent même des produits laitiers allégés en matières grasses. La baguette aussi n'est plus incontournable. Le sandwich se décline maintenant en pain brioché, complet, aux céréales, pain pita, etc.

Publicité
Publicité

Les bons choix alimentaires

Ainsi, nous ne sommes plus obligés de nous contenter d'un jambon-beurre arrosé d'un coca.

Partout, on peut désormais se procurer une boisson light, un yaourt, un fruit et choisir un sandwich crudités.

Il est donc tout à fait possible de se composer un déjeuner comprenant les différentes catégories alimentaires dont nous avons besoin, mais aussi, de les varier : féculents (pain), légumes (crudités et légumes dans les sandwichs, salades..), fruits (compotes, salades de fruits, jus de fruits frais, tartelette), produits laitiers (yaourts allégés, fromage blanc, fromage dans le sandwich) et boisson (eau, thé, boisson light...).

C'est donc à nous de faire les bons choix et les bonnes associations. Et si chaque point de vente concocte des formules, toutes ne constituent pas forcément des menus très équilibrés.

Publié par Rédaction E-sante.fr le Lundi 08 Janvier 2007 : 01h00
Source : Nutritionnellement, le mag, n°3, novembre 2006.