L'obésité est-elle contagieuse ?

© Istock

Aussi surprenant que cela puisse paraître, l'obésité est une maladie contagieuse. Les proches et les amis d'une personne obèse ont 40 à 171% de risque de le devenir aussi. L'imitation du mode de vie ne semble pas en cause. Ce phénomène s'expliquerait davantage par une dérive progressive des normes corporelles.

PUB

L'obésité, une maladie en croissance exponentielle

Une alimentation trop riche, la sédentarité et les facteurs génétiques expliquent la très forte croissance de l'obésité. Aux États-Unis, l'obésité a doublé en une quinzaine d'années et aujourd'hui près de 66% des Américains sont en surpoids. En France aussi la situation est dramatique avec 5 millions de personnes touchées par l'obésité et 14 millions en surpoids. Chez les Français de 15-24 ans, l'obésité a presque doublé en moins de dix ans. En plus des répercussions psychologiques, sociales et professionnelles, l'excès pondéral est très dangereux pour la santé. Les maladies cardiovasculaires, l'arthrose, les affections respiratoires, l'hypertension, le diabète de type 2 et le risque de cancer sont tous liés au surpoids.

PUB
PUB

Un nouveau facteur de risque de l'obésité

L'idée d'une contamination de proche en proche pourrait expliquer la croissance exponentielle du surpoids et de l'obésité. Cette démonstration a été faite à partir des données recueillies auprès de 12.000 personnes suivies entre 1971 et 2003, et 37.000 de leurs amis, proches et voisins. Pour chaque sujet, l'indice de masse corporelle était connu (poids en kilos divisé deux fois par la taille en m), ainsi que son éventuelle évolution.On constate ainsi que les amis d'une personne obèse ont un risque de le devenir aussi qui augmente : le pourcentage est de 70% lorsqu'il s'agit d'un ami du même sexe, et de 171% si c'est le ou la meilleur(e) ami(e). Quant au conjoint, son risque s'accroît de 37%. Et enfin, dans cette étude, le risque pour les frères et soeurs s'élève de 40%. Le problème n'est donc pas seulement génétique. On remarque également que la distance géographique ne modifie pas ces données. Par ailleurs, l'augmentation du risque n'est pas observée chez les voisins, sauf s'ils sont devenus de bons amis !

Publié par Dr Philippe Presles le Lundi 13 Août 2007 : 02h00
Source : Christakis N.A. and Fowler J.H., N. Engl. J. Med., 357 (4) : 370-9, 2007.