Nos enfants mangent trop gras : trop d'acides gras "trans" !

Publié le 05 Avril 2005 à 2h00 par Rédaction E-sante.fr
Décidemment, l'alimentation de nos enfants est très critiquable. Après le sucre, c'est le procès des graisses. Selon un rapport de l'AFSSA (l'Agence française de sécurité sanitaire des aliments), ils consomment trop d'acides gras « trans ». Explications et recommandations.
Cet article vous a intéressé ?

Recevez encore plus d'infos santé, en vous abonnant à la quotidienne de E-sante.

Votre adresse mail est collectée par E-sante.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.

Cette conclusion provient d'un rapport de l'Agence française de sécurité sanitaire des aliments (AFSSA), dont l'objectif était de procéder à l'évaluation des propriétés de tous les acides gras « trans » présents dans l'alimentation et à l'évaluation de leurs effets sur la santé et à aboutir à des propositions en termes de recommandations, voire de réglementation.

C'est quoi les acides gras trans ?

Les matières grasses sont essentiellement composées d'acides gras. Il existe plusieurs types d'acides gras qui n'ont pas tous les mêmes effets sur notre organisme. Certains sont dits « essentiels » et doivent être apportés par l'alimentation car notre corps ne sait pas, paradoxalement, les synthétiser. En revanche, d'autres ont des effets néfastes s'ils sont consommés en trop grande quantité. C'est le cas des acides gras saturés, mais aussi des acides gras trans qui font l'objet de ce rapport.

Quelle est la limite à ne pas dépasser ?

« Selon l'état actuel des connaissances, la consommation des acides gras trans à des niveaux dépassant 2% de l'apport énergétique total, est associée à une augmentation significative des risques de maladies cardiovasculaires. » Or, cette limite des 2% est déjà atteinte par 5% de la population et 10% des garçons de la tranche d'âge 12-14 ans.

En pratique où trouve-t-on ces acides gras trans ?

Les principaux aliments qui contribuent à l'apport des acides gras trans sont représentés par le lait et les produits laitiers. Viennent ensuite les produits de panification industrielle, les viennoiseries industrielles et les biscuits, les plats cuisinés et les barres chocolatées.

Quelles recommandations ?

L'AFSSA recommande principalement : 1. de réduire de 30% au moins la consommation d'aliments forts contributeurs d'acides gras trans et de faible intérêt nutritionnel, comme les viennoiseries, les pâtisseries, les barres chocolatées, les biscuits, etc. ; 2. en revanche, de ne pas diminuer les apports en lait et en produits laitiers compte tenu des besoins en calcium de la population, mais de préférer les produits demi écrémés ou écrémés ; 3. il est également conseillé, par exemple, de préférer les steaks hachés à 5% de matières grasses à ceux dont la teneur est d'au moins 15%. Parallèlement, l'AFSSA estime qu'il faudrait imposer aux industriels des teneurs maximales en acides gras trans pour certains produits où ces teneurs peuvent être maîtrisées techniquement (huiles, margarines, viennoiseries, barres chocolatées…). Et enfin, les étiquetages nutritionnels pourraient mentionner la teneur en acides gras trans des produits alimentaires fortement contributeurs. Ce type d'information permettrait aux consommateurs d'adapter leurs apports aux recommandations et inciterait les professionnels à porter une attention particulière aux AG trans.

Source : Rapport de l'AFSSA, 4 avril 2005.