Encore une bonne raison d'éviter les Acides Gras Trans

Si vous mangez trop d'acides gras trans, Mesdames, vous risquez de voir votre risque de cancer du sein multiplié par deux ! De tels acides se trouvent dans de très nombreux produits industriels. Pour votre santé, il faudrait donc les limiter et revenir à une alimentation plus saine et donc plus naturelle.
Publicité

Que sont les acides gras trans ?

Ces acides gras trans, pour transhydrogénés (ou partiellement hydrogénés), sont issus d'un procédé industriel visant à transformer des huiles végétales pour les rendre plus faciles à utiliser par les professionnels de l'agroalimentaire. Globalement, ce procédé permet de les rendre solides à température ambiante, ce qui est plus pratique pour la confection de divers produits, et d'obtenir des matières grasses qui rancissent moins facilement, ce qui facilite leur conservation. Au final, on trouve des acides gras trans dans de très nombreux aliments, allant des pains industriels, aux pâtes à pizza, en passant par les viennoiseries, les biscuits, les gâteaux, les chips et les plats tout prêts par exemple. Pour les dépister, il suffit de lire les étiquettes à la recherche des mots « trans » ou « hydrogénés ».

Publicité
Publicité

Trop d'acides gras trans doublent le risque de cancer du sein

Cette étude est signée par deux équipes de l'Inserm et de l'Institut de cancérologie Gustave Roussy. Elle a consisté à mesurer les taux d'acides gras trans qui circulaient dans le sang d'une grande population de femmes (ces mêmes femmes faisaient partie de l'étude dite E3N qui a servi à démontrer que le traitement hormonal substitutif n'augmente pas le cancer du sein). Il s'avère que les femmes qui avaient les taux les plus élevés présentaient un risque d'avoir un cancer du sein presque doublé par rapport à celles qui avaient les taux d'acides gras trans les plus bas.

 
Publié par Rédaction E-sante.fr le Lundi 21 Avril 2008 : 02h00
Mis à jour le Vendredi 03 Février 2012 : 15h14
Source : Information presse de l'Inserm et de l'Institut de cancérologie Gustave Roussy, 9 avril 2008.