L’utilisation fréquente de produits ménagers pourrait favoriser le surpoids des enfants

© Adobe Stock

Une étude canadienne montre que les nettoyants ménagers pourraient agir sur le microbiote intestinal des enfants et les faire grossir.

Publicité

Désinfectant pour la cuisine, détartrant pour la salle de bain, nettoyant pour les plaques de cuisson... La plupart des produits ménagers contiennent des substances nocives pour la santé. Nous le savons tous. Fait nouveau : ils pourraient aussi favoriser la prise de poids chez les enfants, selon une étude publiée dans le Journal de l'association médicale canadienne (CMAJ).

Les auteurs ont analysé la flore intestinale de 757 bébés âgés de 3 à 4 mois et leur poids à 1 et 3 ans. Parallèlement, ils ontexaminé l'exposition aux désinfectants, aux détergents et aux produits écologiques utilisés à la maison. Résultat : la flore intestinale des bébés les plus exposés fréquemment aux nettoyants multisurfaces et aux désinfectants étaient plus altérée. Elle présentait des niveaux anormalement élevés de certaines bactéries comme les Lachnospiraceaeet anormalement bas pour d'autres."Nous avons constaté que les enfants vivant dans des ménages avec des désinfectants utilisés au moins une fois par semaine étaient deux fois plus susceptibles d’avoir des niveaux plus élevés de microbes intestinaux à 3 ou 4 mois. Quand ils avaient 3 ans, leur indice de masse corporelle étaitsupérieur" a indiquéAnita Kozyrskyj, professeure de pédiatrie à l’Université de l’Alberta et chercheuse principale. Ce qui n'était pas le cas dans les familles utilisant des produits ménagers écologiques.

Publicité
Publicité

Moins de perturbations avec l'utilisation des produits biologiques

"Les nourrissons présentaient des taux beaucoup plus faibles de microbactéries intestinales, les entérobactéries. Cependant, nous n'avons trouvé aucune preuve que ces modifications du microbiome intestinal réduisaient le risque d'obésité." Pour les chercheurs,"les produits de nettoyage antibactériens ont la capacité de modifier le microbiome de l'environnement et d'altérer le risque de surpoids chez l'enfant". Ils souhaitent que de nouvelles études soient menées "pour explorer la possibilité intrigante que l'utilisation de désinfectants ménagers puisse contribuer aux causes complexes de l'obésité par des mécanismes à médiation microbienne".

L'étude a été financée par les Instituts de recherche en santé du Canada (CIHR) grâce au financement du Réseau sur les allergies, les gènes et l'environnement (AllerGen) pour l'étude CHILD.

C'est quoi le microbiote intestinal ?

On trouve dans l'intestin toutes sortes de micro-organismes comme des levures, des virus aussi, mais principalement des bactéries. On estime à cent mille milliards le nombre de celles qui tapissent les 400 m2 du tube digestif. Cemicrobiote- nom donné par les scientifiques à cette population - pèse 1 à 5 kg. La taille de cesbactériesvarie de 1 à 10 microns (1 micron = 0,0001 cm). On ne peut donc les observer qu'avec des méthodes ultra-performantes.Ce sont des êtres qui possèdent seulement une cellule, mais celle-ci contient : des protéines, des lipides, des glucides et de l'ADN, le support de l'hérédité. Ces bactéries se rerpoduisent (en se divisant en deux), mènent une vie très active pendant un certain temps puis meurent et s'évacuent aux toilettes.Quand un bébé vient au monde, son intestin est stérile. les premièresbactériesqui vont le coloniser sont celles de sa maman qu'il rencontre dans son vagin pendant sa naissance. Puis celles de sa peau quand il rejoint ses bras. Il va peu à peu, pendant ses une à trois premières années, construire sonmicrobioteavec les bactéries du lait qui le nourrit, et avec celles des autres aliments ensuite. Mais aussi avec toutes celles qu'il va rencontrer autour de lui car il y en a partout : sur la peau, dans l'air, dans la terre, sur tous les objets. Il ne faut pas trop s'affoler quand un bébé cavale partout à quatre pattes, touche à tout et suce des objets divers et variés, y compris un torchon ou la serpillère! C'est ainsi qu'il construit son microbiote.

Publié par Aurélie Blaize, journaliste santé le Mardi 18 Septembre 2018 : 15h22
Source : Materials provided by Canadian Medical Association Journal. Note: Content may be edited for style and length.
PUB
PUB