Lithiases (calculs) : la prévention est-elle efficace ?

La réponse est clairement oui, la prévention des lithiases est efficace, sauf qu'elle repose essentiellement sur un régime alimentaire que les patients ne suivent pas toujours à la lettre sur le long terme…
Publicité

Les lithiases ou calculs rénaux, urinaires et biliaires sont fréquents

En France, on estime que 10% de la population souffrira d'uncalcul dans sa vie et que 50% des calculs récidivent.

Les calculs ou lithiases sont de petites cristallisations qui ont lieu dans les voies urinaires, rénales ou biliaires.

Bonne nouvelle, la prévention est efficace.

Selon leur taille et leur localisation, ils peuvent provoquer des coliques, des crises douloureuses intenses imposant leur élimination en urgence.

S'il est difficile d'empêcher l'apparition d'un calcul dans la population générale, il est en revanche parfaitement possible de prévenir la formation d'un second calcul chez les personnes identifiées à risque, c'est-à-dire ayant déjà souffert d'un premier épisodelithiasique.

Certes, les mesures préventives dépendent de la composition ducalcul et des causes de sa formation. Mais 70% des lithiases sont de nature oxalocalcique et trouvent leur origine dans l'alimentation.

La prévention des calculs repose sur un régime alimentaire

En effet, les excès d'apports en protéines animales et une consommation insuffisante en fruits et légumes favorisent la formation des lithiases d'oxalate et decalcium. Bien entendu, la quantité de boisson est essentielle avec un minimum de 2 litres par jour.

Publicité
Publicité

D'autres facteurs de risque delithiase urique cette fois-ci (les calculs sont composés d'acide urique) ont été identifiés, comme le surpoids, l'obésité et le diabète, des maladies de société qui entraînent une résistance à l'insuline. Ces affections sont de plus en plus fréquentes et pourraient expliquer la hausse de la prévalence deslithiases.

Quoi qu'il en soit, un régime alimentaire est efficace, encore faut-il le suivre sur le long terme. Or contrairement à d'autres maladies chroniques, une personne qui a tendance à faire des calculs n'a aucun symptôme entre deux crises. D'où les difficultés à la convaincre de suivre unrégime alimentaire au long cours et de boire 2 litres d'eau (ou de boissons non alcoolisées) minimum tous les jours. Pourtant, les mesures diététiques ralentissent ou arrêtent la formation de 90% deslithiases.

Selon les cas et lorsque les récidives sont multiples, on peut prescrire en plus des traitements médicamenteux.

Publié par Rédaction E-sante.fr le Lundi 18 Août 2008 : 02h00
Mis à jour le Lundi 11 Avril 2016 : 11h53
Source : Impact médecine, 3 avril 2008.