Traitements hormonaux : font-ils grossir ?

Les hormones, messagers chimiques produits par des cellules endocrines, régulent de nombreuses fonctions de notre organisme. Cette machinerie complexe a parfois besoin d’être appuyée par un traitement hormonal. Or, ces médicaments éveillent de nombreuses craintes chez les patients. La prise de poids est l’une des plus fréquentes. Mais font-ils vraiment prendre des kilos ?
© Istock

Pilule et prise de poids : cela dépend des femmes 

Il existe deux sortes de pilules contraceptives. En premier lieu, il y a les pilules progestatives. Elles contiennent uniquement de la progestérone.  on peut aussi avoir recours des pilules combinées qui associent les deux hormones sexuelles féminines : des œstrogènes et des progestatifs. 

Pour l’un comme pour l’autre, ces contraceptifs font l’objet de la même mise en garde du grand public : la pilule fait grossir. Toutefois, cette affirmation doit être accompagnée d’un important bémol.

Les pilules combinées : font-elles grossir ? 

“Si on analyse toutes les études scientifiques sur les pilules combinées et la prise de poids, il n’y a pas de prise de poids en moyenne. Mais justement, c’est une moyenne. Un petit groupe de femmes ont bien tendance à prendre du poids, mais ce ne sera pas le cas pour la plupart”, affirme le docteur Emmanuelle Lecornet-Sokol, médecin endocrinologue diabétologue.

La première cause de l’arrivée de ces kilos en trop est simple : ces pilules augmentent l’appétit. “De manière un peu subtil, les femmes ayant ce type de contraception se mettent à manger un peu plus, sans forcément sans rendre compte. Ce qui les amène à grossir”. 

L’autre explication est situationnelle. La praticienne explique "parfois, on commence à prendre la pilule, car on a un partenaire régulier. Ceci s’accompagne d’un changement de vie. On quitte par exemple le domicile parental pour s’installer avec son compagnon. Ces facteurs de changement peuvent amener à plus manger". Les femmes sont alors susceptibles d’associer la prise de poids avec leur traitement, et non leur hygiène de vie. 

Que faire ?

Ainsi, il est recommandé aux femmes qui commencent à prendre une pilule combinée de surveiller sa courbe de poids et son appétit. Mais pas la peine de se mettre au régime pour autant, il suffit de se peser une ou deux fois par mois. “Si on ne veut pas se peser, on peut avoir un vêtement test, comme un pantalon ou une robe”.

Les pilules progestatives : faut-il s’inquiéter ?

“Les pilules progestatives ont un peu plus d’effet sur la prise de poids effectivement, y compris les micro-progestatives”. Toutefois, ici aussi, toutes les femmes ne sont pas égales face aux kilos. 

Que faire ? 

“Si on remarque une prise de poids depuis le début de la contraception, on fait en premier lieu un retour sur soi-même”, explique l’experte. “Est-ce que j’ai mangé plus que d’habitude, est-ce que j’ai fait moins de sport ? Arrêt du tabac ? Si rien n'explique la prise de poids, on retourne voir son médecin afin de changer de pilule”.

En effet, la prise de poids survient avec certaines pilules et pas avec d’autres. Il est ainsi possible de changer de traitement. 

Emmanuelle Lecornet-Sokol ajoute “Ce n’est pas la peine de s’affoler pour un ou deux kilos. En revanche, si on a pris 5 ou 10 kilos, il s’agit d’une vraie différence. Il ne faut pas alors rester comme ça”. Elle précise “Une fois qu’on est en surpoids, cela peut devenir compliqué de perdre les kilos en trop, avec le risque de rentrer dans un système de régimes à répétition. Il faut donc manger sainement afin d’essayer d’éviter que le surpoids ne s’installe”.

Et pour cela, le meilleur des moyens pour garder la ligne et la forme - outre une alimentation équilibrée - est une activité sportive régulière "c’est-à-dire 2h30 par semaine, soit 30 min par jour, soit une grosse heure deux fois par semaine par exemple". 

Cet article vous a intéressé ?

Recevez encore plus d'infos santé, en vous abonnant à la quotidienne de E-sante.

Votre adresse mail est collectée par E-sante.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.

Source : Merci au Docteur Emmanuelle Lecornet-Sokol, médedin endocrinologue-diabétologue à l'hôpital de la Pitié-Salpêtrière à Paris.
Elle est aussi co-autrice du livre "Et si c'était hormonal ?" aux éditions Hachette Pratique.