Grossesse et vaccination anti-rubéole : risque très faible

Publié le 19 Novembre 2007 à 1h00 par Dr Philippe Presles
La rubéole est une maladie dangereuse chez la femme enceinte, et l'acte vaccinal aussi. On veille donc à ce que toutes les femmes en âge de procréer soient vaccinées avant d'être enceintes. Malgré toutes les précautions, il arrive parfois que des femmes se fassent vacciner alors qu'elles sont en début de grossesse. Il semblerait que le risque pour le bébé soit, heuresement, particulièrement faible.
Cet article vous a intéressé ?

Recevez encore plus d'infos santé, en vous abonnant à la quotidienne de E-sante.

Votre adresse mail est collectée par E-sante.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.

La rubéole est une maladie dangereuse chez les femmes enceintes

Une femme enceinte touchée par la rubéole peut transmettre le virus au fœtus entre les 8 et 10 premières semaines de grossesse et risque donc de mettre au monde un enfant atteint de graves malformations.

Les femmes en âge de procréer doivent donc être immunisées contre cette maladie infantile bénigne.

Vaccination anti-rubéole recommandée

C'est généralement le cas grâce au calendrier vaccinal qui prévoit depuis 1983 la vaccination ROR (rougeole-oreillons-rubéole) de tous les nourrissons. Le schéma vaccinal comprend l'injection de deux doses du vaccin avant l'âge de 24 mois. Mais le taux de couverture vaccinale de 87% n'est pas encore suffisant pour éliminer ces trois maladies, dont larubéole. Un certain nombre d'enfants ne sont donc pas immunisés, d'où un rattrapage (deux doses à plus d'un mois d'intervalle jusqu'à 15 ans, puis une dose) pour les sujets non encore vaccinés.

Dès 16 ans, avant de réaliser la vaccination des jeunes filles et des femmes, il est nécessaire de s'assurer de l'absence de grossesse et de l'éviter dans les deux mois suivant la vaccination.

En effet, il s'agit d'un vaccin vivant atténué, ce qui lui confère un risque tératogène théorique, c'est-à-dire qu'en théorie le vaccin est susceptible de provoquer des anomalies ou des déformations fœtales.

Chez une femme enceinte non immunisée, la vaccination est réalisée immédiatement après l'accouchement, avant la sortie de maternité.

Une étude rassurante en cas de vaccination anti-rubéole accidentelle

Malgré toutes ces précautions, il arrive que des femmes reçoivent accidentellement le vaccin contre la rubéole alors qu'elles sont en tout début de grossesse. Ce risque est rare, mais particulièrement anxiogène pour la future maman.

Les résultats d'une étude menée au Costa Rica peuvent les rassurer. Près de 4.000 femmes ayant reçu le vaccin contre la rubéole quelques semaines avant d'être enceintes ou accidentellement en début de grossesse ont été suivies. Après avoir recueilli les données portant sur les nouveau-nés, il s'avère que le fait d'avoir été vaccinée pendant la grossesse ne s'accompagne pas d'un sur risque, qu'il s'agisse de prématurité, de retard de croissance intra-utérine, d'anomalies malformatives ou même d'avortement spontané.

Cette constatation doit rassurer les parents, mais ne doit pas encourager à relâcher la vigilance envers cette maladie et sonvaccin.

Source : Badilla X. et coll., Pediatr. Infect. Dis. J., 26 (9) : 830-5, 2007.