Grossesse : comment réduire le risque d’accouchement prématuré ?

© Istock

Certaines complications médicales et certaines situations peuvent augmenter le risque d’accouchement prématuré.

Repérer les facteurs de risques pour les corriger représente la meilleure façon de prévenir un accouchement prématuré, même si dans la moitié des cas les causes ne sont pas identifiées. L’objectif, se rapprocher le plus possible du terme…  

Publicité

Comment identifier les facteurs de risque d’accouchement prématuré ?

La menace d’accouchement prématuré représente la première cause d’hospitalisation lors de la grossesse et les accouchements prématurés 7 à 8% des naissances en France.

Mais grâce à une prise en charge adaptée, l’accouchement ne sera pas forcément prématuré. On peut également parfois agir en amont en identifiant des situations à risque.

Accouchement prématuré : quelques facteurs de risques médicaux

Publicité
Publicité
  • Un placenta prævia.
  • Une infection urinaire ou vaginale.
  • Un antécédent d'accouchement prématuré.
  • Une grossesse gémellaire.
  • Une malformation ou morphologie particulière de l'utérus (utérus bicorne, exposition au Distilbène…).
  • Un col de l'utérus trop large.
  • Une contractibilité particulièrement sensible de l'utérus.
  • Une anémie.
  • Un diabète gestationnel.

Il en existe bien d’autres et ils peuvent aussi se cumuler…

Le risque d’accouchement prématuré peut être lié aux activités de la vie quotidienne :

  • La pénibilité du travail : port de charge, station debout …
  • Les déplacements, notamment les longs trajets quotidiens pour se rendre sur son lieu de travail, les transports en commun.

  • Le stress et surmenage.
  • Les travaux ménagers, a fortiori en cas de famille nombreuse, imposant de multiplier les activités sans ménagement.
  • Consommation de tabac ou d'autres toxiques.

Bien entendu, un accident de voiture ou une chute représentent aussi des situations à risque d’accouchement prématuré.

Comment réduire le risque d’accouchement prématuré ?

Si on ne peut pas corriger certains facteurs médicaux, en revanche, d’autres peuvent l’être comme l’anémie (prise d’un traitement par fer), l’infection urinaire (traitement antibiotique), le diabète gestationnel (régime seul voire adjonction d’insuline).

On peut également modifier le mode de vie durant la grossesse : adaptation du poste de travail, travail à domicile pour éviter les trajets, aide-ménagère, nounou pour s’occuper des enfants, relaxation…

Un arrêt de travail peut aussi se révéler nécessaire, le repos s’imposant en prévention d’une menace d’accouchement prématuré.

On peut consulter un tabacologue qui pourra accompagner et conseiller des substituts nicotiniques (patchs, gommes…) permettant de diminuer la consommation tabagique pendant la grossesse.

Tous ces aménagements sont à discuter et à organiser avec la collaboration du médecin qui suit la grossesse.

Des traitements (hormonaux, antispasmodiques…) peuvent être mis en place afin de prolonger la grossesse au plus près du terme, voire une hospitalisation ou parfois encore, bien en amont, une intervention chirurgicale (correction d’une malformation utérine, cerclage du col).

Publié par Rédaction E-sante.fr le Lundi 28 Janvier 2013 : 11h37
Mis à jour le Mardi 17 Novembre 2015 : 14h49
Source : Eroglu D. et colle., Gynecol Obstet Invest, 64 : 109-16, 2007. www.bebe.fr. www.materneo.com.
La rédaction a sélectionné pour vous sur Amazon :