Existe-t-il des contre-indications aux sports d’hiver ?

© getty

Si vous envisagez un séjour aux sports d’hiver, attention, il existe quelques contre-indications à considérer.

Les personnes atteintes de certaines maladies chroniques, les femmes enceintes, les nourrissons, doivent prendre quelques précautions.

La haute altitude peut même être contre-indiquée…

Publicité

Sport d’hiver : les maladies qui contre-indiquent les séjours en altitude (2.500 m)

Certaines maladies contre-indiquent formellement tout séjour en altitude (2.500 m) :

  • Une maladie cardiaque non stabilisée.
  • Une insuffisance respiratoire chronique.
  • Certaines maladies sanguines.

Autrement dit, si vous êtes cardiaque ou insuffisant(e) respiratoire, vous devez choisir une station de faible altitude pour vos sports d’hiver.

Ce conseil est aussi valable pour les personnes atteintes, d’une maladie nécessitant une surveillance régulière comme le diabète, de bronchite chronique ou d’un asthme déclenché par le froidoul'effort.

Dans tous les cas, les médecins de montagne recommandent aux personnes qui suivent un traitement médical de consulter leur médecin avant de partir.

Et au moindre doute, demandez l’avis de votre médecin et si vous suivez un traitement médical, prenez rendez-vous pour une consultation avant de partir. Il évaluera votre forme physique, tiendra compte des activités que vous souhaitez pratiquer, y compris la randonnée, de l’altitude, du froid et des risques de déshydratation.

Publicité
Publicité

Randonnée : qui doit demander une autorisation à son médecin ?

Certaines situations nécessitent une autorisation préalable du médecin :

  • Maladies du cœur (souffle au cœur…).
  • Traitements au long cours ou suites d'intervention chirurgicale (anticoagulants, chimiothérapies, appendicectomie, prothèses de hanche...).
  • Allergies (rhinite, crise d'asthme, œdème de Quincke, choc anaphylactique…).
  • Diabète insulinodépendant.
  • Maladies douloureuses de la colonne vertébrale (lombalgies, sciatiques, spondylarthrite ankylosante, tassement vertébral récent...).
  • Genoux fragiles (instabilité rotulienne, lésion méniscale ou ligamentaire).
  • Cheville instable (antécédents d'entorse).
  • Verrues plantaires, "cors" aux pieds, mycose des orteils.

Le médecin pourra proposer une adaptation du traitement et divulguer des conseils personnalisés.

 
Publié par Rédaction E-sante.fr le Lundi 11 Février 2013 : 12h55
Mis à jour le Vendredi 08 Janvier 2016 : 11h52
Source : Médecins de Montagne, http://www.mdem.org.
La rédaction a sélectionné pour vous sur Amazon :