Enfant : pas de lait cru, pas de viande hachée rosée !

Le syndrome hémolytique et urémique est une maladie le plus souvent d'origine alimentaire, rare mais potentiellement grave chez les enfants. À la suite de deux épidémies survenues coup sur coup en 2005, certaines règles alimentaires et d'hygiène sont rappelées, notamment celles de ne pas donner de lait cru aux enfants de moins de 3 ans et de bien cuire la viande hachée.
PUB

Qu'est ce que le syndrome hémolytique et urémique (SHU) ?

Le SHU est une maladie le plus souvent d'origine alimentaire, à déclaration obligatoire dans le cadre des toxi-infections alimentaires collectives. Rare, elle est cependant potentiellement grave aux âges extrêmes de la vie. Elle représente notamment la principale cause d'insuffisance rénale aiguë chez les enfants de moins de trois ans. Chaque année, elle atteint 70 à 100 enfants en France. Elle est généralement due à une contamination par une ingestion d'aliments contaminés, consommés crus ou peu cuits. Avant l'apparition des complications, elle se manifeste par une gastro-entérite aiguë avec des diarrhées sanglantes.

PUB
PUB

Deux épidémies de SHU en 2005 : viande hachée et lait cru

Durant le dernier trimestre 2005, deux épidémies de SHU sont survenues en France, touchant surtout des enfants. L'une était consécutive à la consommation de viande hachée, l'autre à la consommation de camembert au lait cru. Concernant la viande hachée, l'enquête des services vétérinaires n'a pas montré de défaillances dans le contrôle alimentaire. Dans le second cas, la laiterie productrice a rappelé l'ensemble de ses produits au lait cru. Lors des deux épidémies, les enfants ont été pris en charge rapidement et suivis par les services hospitaliers afin d'évaluer la récupération de la fonction rénale. Selon la Direction générale de la Santé, ces épidémies alimentaires auraient pu être facilement évitées par l'adoption de consignes alimentaires et de règles d'hygiène simples.

Publié par Rédaction E-sante.fr le Mardi 02 Mai 2006 : 02h00
Source : Dossier du ministère de la Santé, avril 2006.