Diminuez votre risque de cancer en luttant contre le stress

Publié par Rédaction E-sante.fr le Vendredi 17 Février 2012 : 11h57
Mis à jour le Lundi 27 Février 2012 : 17h25

Cela ne fait plus aucun doute : si le stress ne fabrique pas à lui seul un cancer, en revanche, il favorise son développement. Attention, il s’agit ici du stress chronique, celui auquel nous sommes de plus en plus nombreux à être soumis dans notre vie moderne (manque de temps, culte de la performance). En pratique, comment agit le stress pour augmenter le risque de cancer et quels sont les 4 sentiments à mobiliser pour maintenir le cancer à distance ?

PUB

Du stress positif au stress négatif...

Le stresspositif est celui qui nous met en alerte et nous permet de réagir immédiatement (en situation de danger par exemple, mais c’est aussi le stress qui nous assaille avant une présentation orale, avant une compétition sportive, etc.), grâce à la sécrétion ponctuelle de deux hormones, la noradrénaline et le cortisol.

Le stressnégatif est le stress continu qui entraîne une sécrétion répétée ou permanente de ces hormones, finissant par épuiser l’organisme.

C’est ainsi que le stresschronique favorise l’inflammation et abaisse nos défenses immunitaires, deux phénomènes connus pour favoriser la progression destumeurs.

En effet, les hormones du stress mettent le système immunitaire au repos afin de mobiliser toutes les forces de l’organisme en vue d’une action. Or si le système immunitaire est en berne, l’activité des globules blancs diminue, ce qui facilite la prolifération des cellules cancéreuses.

PUB
PUB

Stress et cancer : les 4 sentiments qui nous desservent

Quatre sentiments liés au stress sont aujourd’hui bien connus pour favoriser le développement du cancer.

L’impuissance

Le sentiment d’impuissance favorise directement la progression des tumeurs, comme le montre cette expérience réalisée chez des rats de laboratoire atteints d’un cancer. Lorsque les rats sont soumis à un stress auquel ils peuvent se soustraire, 63% d’entre eux réussissent à guérir de leur cancer, contre 23% seulement des rats qui ne peuvent échapper à la situation stressante.

L’anxiété

L’anxiété influence la survie. Cela a été démontré par exemple chez des femmes atteintes d’un cancer du sein. Celles qui participaient à des groupes de parole étaient plus sereines et surtout elles doublaient leurs années de survie par rapport aux autres.

La solitude et le sentiment d’abandon

Certains sentiments contribuent à mettre en veille notre système immunitaire. Or celui-ci est indispensable pour maintenir le cancer sous contrôle. C’est ainsi que les patients les mieux entourés sont aussi souvent ceux qui ont les systèmes de défense les plus combatifs.

La culpabilité

« Pourquoi moi ? Je suis entièrement responsable ! J’ai été incapable de rester en bonne santé ! » De telles pensées empêchent d’imaginer la guérison et de mettre en place certaines actions. Là encore, ce blocage psychologique peut desservir le système immunitaire.

Publié par Rédaction E-sante.fr le Vendredi 17 Février 2012 : 11h57
Mis à jour le Lundi 27 Février 2012 : 17h25
Source : « Anticancer », David Servan Schreiber, Editions Robert Laffont.
PUB
PUB
A lire aussi
L’immunothérapie : la nouvelle arme contre le cancerPublié le 05/06/2015 - 09h30

Le congrès de l’ASCO, édition 2015, a commencé ce vendredi 29 mai et avec lui la kyrielle de résultats d’essais cliniques qui confirment le rôle majeur de l’immunothérapie dans la prise en charge d’un nombre croissant de patients.

Stress: quatre conseils étonnantsPublié le 24/08/2009 - 00h00

Le stress est un mécanisme d'adaptation à notre environnement. Il est donc utile... mais stress peut aussi être psychologiquement et physiquement destructeur si il se maintient pendant une période prolongée, ou s'il est mal vécu. Voici quelques conseils.

Plus d'articles