Stress au travail : mauvais pour le coeur et le diabète

Publié le 23 Mai 2006 à 2h00 par Claudine De Kock, journaliste santé
L'apparition précoce de symptômes de maladie cardiaque et de diabète est très fréquente chez les personnes qui font état d'un stress chronique au travail. Une étude britannique s'est penchée sur le stress au travail et le syndrome métabolique, un ensemble d'anomalies qui peut conduire à développer un diabète et une affection cardiaque.
Cet article vous a intéressé ?

Recevez encore plus d'infos santé, en vous abonnant à la quotidienne de E-sante.

Votre adresse mail est collectée par E-sante.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.

Votre travail : stressant ou pas ?

Les chercheurs ont englobé dans leur étude près de 10.300 fonctionnaires londoniens. Ces derniers ont été invités à répondre à un questionnaire portant sur le stressau travail et leur mode de vie. Ils ont aussi subi des examens médicaux à plusieurs reprises sur une moyenne de 14 ans. Afin d'évaluer leur stressau travail, les participants devaient quantifier le niveau d'exigence de leur travail, le niveau de contrôle exercé sur leur travail, et le degré de support de leurs collègues. Les chercheurs n'ont pas vérifié l'exactitude des tâches des participants, pas plus qu'ils n'ont visité leurs bureaux pour confirmer les évaluations données. Pourquoi pas ? Le stress est souvent personnel. En effet, deux personnes faisant le même travail dans le même environnement peuvent voir leur stressau travail différemment.

Syndrome métabolique

Les fonctionnaires souffrant de stress chronique avaient deux fois plus de chance de présenter un syndrome métabolique que ceux qui n'étaient pas stressés. Les facteurs de risque du syndrome métabolique sont :

- l'obésité abdominale, un tour de taille de plus de 102 cm chez les hommes ou de plus de 88 cm chez les femmes ;

- un taux élevé de triglycérides de 150 mg/dl ou plus ;

- un faible taux de bon cholestérol (HDL) de moins de 40 mg/dl chez les hommes et de moins de 50 mg/dl chez les femmes ;

- une tension artérielle élevée de 130/85 mm Hg ou plus ;

- une glycémie à jeun de plus de 1 g/dl.

Pour être atteint du syndrome métabolique, il faut présenter trois de ces paramètres ou plus.

Risques pour la santé

Les participants affectés par un stress chronique étaient ceux qui avaient fait état d'un travail très exigeant, peu contrôlé et peu supporté pendant 75% du temps qu'a duré l'étude. En d'autres termes, ces travailleurs ne montaient pas au feu par périodes, ils étaient constamment en joue, avec personne à leur côté ! Les travailleurs stressés chroniquement étaient davantage susceptibles de développer un syndrome métabolique. Cet état ne changeait pas quand les chercheurs considéraient d'autres risques pour la santé : obésité, tabagisme, sédentarité, alcoolisme et régime alimentaire n'incluant pas ou peu de fruits et de légumes.

Source : Chandola, T., BMJ Online First, Jan. 20, 2006.