Stress et vieillissement

Nous sommes tous soumis au stress. Selon la façon dont on le supporte il peut devenir ami ou ennemi, mais le stress est avant tout un phénomène naturel. Biologiquement, il s'agit d'un processus physiologique qui permet de stabiliser les fonctions vitales de l'organisme, selon un système de réponse et d'adaptation parfaitement codifié. Avec l'âge pourtant, le mode de réponse peut être moins performant, rendant les effets d'un stress prolongé particulièrement délétères.
PUB

Le stress, c'est la vie ...

Selon sa définition, il y a stress chaque fois que survient une agression ou une stimulation suivie d'une réponse de l'organisme à cette agression.Si les stimulations peuvent être multiples: physiques (coup, chaleur, douleur, mais aussi caresse), psychologiques ou émotionnelles (contrainte, peur, mais aussi joie, tendresse) ou sensorielles (bruit, froid, mauvaise odeur, mais aussi musique, douceur, parfum), la réponse est stéréotypée et non spécifique. En effet, elle déclenche à chaque fois les mêmes mécanismes d'adaptation au niveau du cerveau et empreinte les mêmes voies, les mêmes circuits. On connaît aujourd'hui la géographie interne du stress, enchaînement quasi implacable de sécrétion hormonale par les glandes surrénales (adrénaline et cortisol) qui interfère avec le système nerveux (voie sympathique) et deux glandes maîtresses situées à la base du cerveau: l'hypothalamus et l'hypophyse.

PUB
PUB

Mais trop de stress, ou un mauvais stress peut être le lit de certaines maladies

Face à un évènement stressant aigu, chaque individu peut ajuster sa réponse (schématiquement fuir ou attaquer) en fonction de son expérience antérieure et de sa constitution génétique. La situation est alors sous contrôle (voie sympathique et sécrétion surrénalienne). Mais, en cas de perte de contrôle, le mode de réponse devient passif (système hypothalamo-hypophysaire).Certaines études scientifiques ont permis d'affirmer les interactions fortes entre les évènements stressants de la vie, leur prise en charge éventuelle et l'évolution de la maladie.

Publié le 30 Juillet 2001
Auteur(s) : Dr Stéphanie Lehmann, gérontologue