Chirurgie bariatrique : quels sont les risques et les bénéfices ?

© Adobe Stock

C'est une méthode radicale contre l'obésité, mais elle a fait ses preuves. Pour autant, la chirurgie bariatrique n'est pas dénuée de risques. On fait le point avec le Pr François Pattou, chef du service de chirurgie générale et endocrinienne au CHRU de Lille (Nord).

PUB

Opérer les personnes souffrant d'obésité sévère est une activité en plein boom. Chaque année, quelque 60 000 Français.e.s passent sur la table d'opération des spécialistes de ce domaine. C'est trois fois plus qu'en 2006.

L'intervention figure parmi les méthodes les plus efficaces contre la surcharge pondérale massive. Mais elle comporte aussi de nombreux risques qu'il faut garder à l'esprit au moment d'entamer son parcours. Car, la moitié des opéré.e.s sont perdus de vue dans les années qui suivent la chirurgie. Et cela les expose à de sérieux dangers.

Le + : une perte de poids à long terme

Une chose est sûre : la chirurgie bariatrique livre des résultats spectaculaires en termes d'amincissement. D'un IMC supérieur à 40 – donc une obésité morbide –, les patient.e.s perdent en moyenne 30 % de leur excès de poids.

PUB
PUB

"Les résultats sont hétérogènes, bien sûr, mais c'est une excellente moyenne au bout de 5 ans", souligne le Pr François Pattou. Ce spécialiste du diabète et de l'obésité mène régulièrement des études sur les personnes qu'il opère. Et son constat est sans appel : aucun traitement ne permet de tels résultats à ce jour.

Toutefois, cette perte de poids massive "ne signifie pas qu'ils sont maigres pour autant, et le risque de reprendre du poids est très important." C'est pourquoi un suivi régulier est nécessaire : il permet de garantir une stabilisation à long terme.

D'ailleurs, dans un récent rapport, l'Académie nationale de médecine note que "les patients perdent moins de poids lorsqu'ils ne se rendent pas aux consultations de contrôle".

Le + : une meilleure qualité de vie

Au moment d'entrer au bloc, la majorité des patient.e.s sont considéré.e.s comme jeunes. Trois sur quatre ont entre 25 et 54 ans. Ce qui leur laisse de nombreuses années pour profiter d'un corps allégé de nombreux kilos. Et leur quotidien s'améliore considérablement.

"La qualité de vie d'une personne obèse sévère est effroyable, rappelle François Pattou. Elle est comparable à celle d'un individu atteint d'un cancer métastatique." Il faut dire que les freins sont nombreux au quotidien : la vie affective et professionnelle est souvent limitée, les déplacements difficiles… "Tous les aspects de l'existence sont altérés", estime le spécialiste de l'excès de poids.

Après l'intervention, en revanche, les opéré.e.s subissent moins le poids social de leurs kilos en trop. "A court terme, le gain est énorme. C'est la principale raison pour laquelle les patients demandent la chirurgie", indique le Pr Pattou.

Une étude menée en Suisse le confirme. Sur plus de 400 personnes prises en charge, 85 % jugent que leur qualité de vie a été améliorée. Une satisfaction qui dépend tout de même de l'ampleur de la perte de poids : ceux qui ont perdu le moins de kilos ressentent moins les bénéfices sociaux de l'intervention.