Centre d'urgences contre les maux de tête : mises au point

Un centre d'urgences contre les maux de tête (céphalées) s'est ouvert il y a un mois à Paris, une première en Europe. Passés les quinze premiers jours d'affluence, il accueille quotidiennement une cinquantaine de patients. Mais qui sont ces migraineux qui consultent en urgence ?
Publicité

Recadrage sur la vocation des centres des urgences contre les maux de tête

Les Centre d'urgences contre les maux de tête ne sont pas destinés aux personnes qui ont des maux de tête depuis des années, mais à celles qui sont en pleine crise et dont la céphalée nécessite une prise en charge urgente ; en d'autres termes, lorsque les maux de tête sont d'installation brutale, récente et inhabituelle ou lorsque le patient en crise n'est pas soulagé par les traitements habituels. L'urgence vient du fait que ces céphalées peuvent être révélatrices d'une pathologie à évolution grave, comme une méningite, un abcès cérébral ou une rupture d'anévrysme, dont les diagnostics sont souvent trop tardifs.

Publicité
Publicité

Précisions sur leur fonctionnement

Le gros des urgences est représenté par les migraineux en pleine crise ; viennent ensuite les sujets souffrants d'algies vasculaires de la face ou de névralgies faciales, deux pathologies à diagnostic distinct souvent ardu. De nombreux patients se présentent au centre pensant pouvoir bénéficier d'un scanner ou d'une IRM (imagerie par résonance magnétique), or le diagnostic de migraine se fait essentiellement par un interrogatoire soigneux, et les centres font finalement peu de scanners. La crise calmée par des antimigraineux, et après une période de repos d'une heure, le patient retourne chez lui, puis sera suivi par son médecin traitant ou faisant partie du réseau de neurologues et de généralistes mis en place par les services du centre. Chaque patient n'est vu qu'une fois, sauf exception, en cas de diagnostic difficile.

 
Publié par Rédaction E-sante.fr le Lundi 30 Octobre 2000 : 01h00
Mis à jour le Vendredi 21 Janvier 2011 : 17h18
Source : Le Figaro, lundi 23 octobre 2000.