Cancer : une étude prévoit 1,4 millions de mort dans l'Union Européenne pour 2019

D'après une étude, le cancer devrait tuer 1,41 million de personnes dans l'Union européenne. Derrière ce chiffre élevé se cache une baisse de la mortalité dans l'Union Européenne depuis 2014.
© Istock

D'après une récente étude publiée dans la revue spécialisée Annals of Oncology le 19 mars 2019, le cancer devrait tuer 1,41 million de personnes dans l'Union européenne. Même si ce chiffre, au premier abord peut paraître très élevé, les chercheurs de l'étude confirment la tendance à la baisse continue de la mortalité liée au cancer dans l'Union Européenne depuis 2014.

La probabilité de mourir d'un cancer diminue

Effectivement, la probabilité de décéder à la suite d'un cancer diminue : les taux de mortalité standardisés sont passés de 139 pour 100 000 hommes en 2014 à 131 pour 100 000 en 2019, soit une baisse de 6%. Pour les femmes, on passe d'un taux de 86 à 83 pour 100 000 femmes, soit une réduction de 3,6%. 

Et pour le cancer du sein ?

Le taux de mortalité lié au cancer du sein devrait diminuer de 9% cette année par rapport à 2014 dans l'ensemble de l'Union Européenne, sauf en Pologne. Cela est en partie dû à l'amélioration du dépistage, du diagnostic précoce et du traitement.

Les baisses de la mortalité par cancer du sein ont été les plus importantes chez les femmes de 50 à 69 ans (-16,4%), c'est à dire le groupe d'âge couvert par le dépistage, mais elles ont également été observées entre 20 et 49 ans (-13,8%), alors qu'elles étaient plus modestes entre 70 et 79 ans (-6,1%).

Par rapport au pic atteint en 1988, plus de 5 millions de décès par an ont été évités dans l'Union Européenne au cours de la période 1989-2019. De ce nombre, 440 000 étaient des décès dus au cancer du sein.

Cancer du poumon, le plus meurtrier

Selon les chercheurs de cette étude, le cancer du poumonreste le plus meurtrier dans les deux sexes, avec 279 000 morts, (dont 183 000 décès masculins) prévus pour 2019. Chez les femmes, les morts par cancers du poumon, qui ont commencé à fumer plus tard que les hommes, excéderont en 2019 ceux par cancers du sein (96 800 contre 92 800).

Les principaux symptômes du cancer du poumon

Le cancer du poumon provoque des symptômes qui peuvent vous alerter :

  • une toux persistante ;
  • une bronchite, un rhume ou une pneumonie qui ne cèdent pas aux traitements ;
  • une perte de poids inexpliquée ;
  • une douleur dans la poitrine, une épaule, dans le dos ou l'abdomen ;
  • un essoufflement rapide ;
  • une modification de la voix ;
  • l'émission de crachats sanglants.

Il existe de nombreux facteurs de risque qui favorisent l'apparition d'un cancer pulmonaire, notamment le tabagisme, l'exposition à l'amiante et à certains produits chimiques, les radiations, le lupus ou encore la pollution de l'air.

Diagnostic et traitement du cancer du poumon

Le diagnostic repose sur la fibroscopie, celle-ci permet de visualiser la tumeur et d'effectuer une biopsie pour en déterminer la nature.

Il existe plusieurs types de cancer du poumon : cancer du poumon à petites cellules, cancer du poumon non à petites cellules, adénocarcinome, carcinome... Le traitement repose sur la chirurgie, la radiothérapie, la chimiothérapie, les thérapies ciblées ou encore l'immunothérapie.

Le pronostic, comme dans tous cancers, dépend du stade du cancer, de la présence ou non de métastases et de l'état de santé général du patient. Selon les dernières statistiques, les femmes répondent mieux aux traitements que les hommes.

Cet article vous a intéressé ?

Recevez encore plus d'infos santé, en vous abonnant à la quotidienne de E-sante.

Votre adresse mail est collectée par E-sante.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.

La rédaction vous recommande sur Amazon :