Bébé diversifie son alimentation : comment procéder ?
Publié le 24 Août 2009 à 2h00 par Dr Philippe Presles
Cet article vous a intéressé ?

Recevez encore plus d'infos santé, en vous abonnant à la quotidienne de E-sante.

Votre adresse mail est collectée par E-sante.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.

Quand faut-il débuter la diversification de l'alimentation ?


L'intérêt de la diversificationalimentaire est d'apporter des aliments à densité calorique supérieure au lait afin de couvrir les besoins croissants de bébé, en relation avec son développement. En outre, l'introduction de l'alimentation solide permet d'offrir de nouvelles textures, odeurs, couleurs, des goûts et de nouveaux nutriments qui n'étaient pas apportés par le lait, comme les sucres lents, dont les amidons et les fibres. On débute classiquement la diversification vers l'âge de 6 mois.

Pourquoi ? Parce qu'à partir de cette période, le volume de liquide sous forme de lait devient difficile à dépasser. Les apports doivent être complémentés par des aliments solides. Ce volume limite est généralement de 800 à 1000 ml.

Ensuite, avant l'âge de 6 mois, la diversification risque d'entraîner des carences car même si les aliments solides sont plus caloriques que le lait, ils ont l'inconvénient d'être moins bien équilibrés. Enfin, avant 6 mois, la diversification risque de favoriser les allergies.

On retiendra que la diversification est à débuter aux environs de 6 mois, jamais avant l'âge de 4 mois et qu'il est préférable d'avoir introduit la plupart des aliments avant 8 mois.

Les bases de la diversification alimentaire


On recommande d'introduire en premier les fruits et les légumes plutôt moulinés et très cuits.

L'apport en protéines animales (viande, poisson, œuf) doit se faire très progressivement, passant de 5g à 6 mois à 30 g à 2 ans.

Parallèlement, il est important de limiter les apports supplémentaires en lipides, le lait en étant déjà pourvu.

Le cas particulier du gluten dans la diversification alimentaire


Le gluten est une fraction des protéines contenues dans les céréales, notamment le blé. Il est responsable de la maladie cœliaque (ou intolérance au gluten) chez certains enfants génétiquement prédisposés. Cette maladie empêche l'absorption des nutriments, des vitamines et des minéraux par l'intestin, pouvant entraîner une malnutrition. Des études récentes ont montré que l'introduction trop tardive favorise l'émergence de cette maladie (contrairement à ce que l'on pensait auparavant). Il est donc recommandé d'introduire de petites quantités de gluten dès 4 mois, surtout si l'enfant est allaité.

Petit pot ou " mouliné maison " ?


Aujourd'hui les grandes marques de petits pots offrent une bonne qualité nutritionnelle (moins de sel, de sucre, de graisses végétales) et ils sont très bien contrôlés sur le plan toxicologique (pesticides, nitrates…), voire plus que les légumes achetés sur le marché, précise la Société française de pédiatrie. Le recours aux petits pots est donc un choix qui revient aux parents, pas question de les culpabiliser à ce sujet !

À noter qu'ils ont l'inconvénient de leur prix (plus élevé que le fait maison) mais l'avantage de proposer une texture homogène.

Source : Société française de pédiatrie, Congrès Pédiatrie 2009, 10-13 juin 2009.