La vue aussi prend de l'âge

Publié par Dr Stéphanie Lehmann, gérontologue le Lundi 10 Décembre 2001 : 01h00
Mis à jour le Mercredi 30 Septembre 2015 : 10h48
-A +A
La déficience visuelle touche de 13 à 30% des personnes âgées. Dans près de 8% des cas, ce déficit est dramatique, se manifestant par une forte perte de l'acuité visuelle ou même une cécité. Néanmoins, il est surprenant de constater que très souvent, les problèmes de vision graves ne sont pas diagnostiqués. Moins voir la télévision ou ne plus reconnaître son voisin peut passer totalement inaperçu, par le malade et par son médecin. Quelques questions simples, un examen de l'acuité visuelle et l'application de certaines recommandations, suffiraient pourtant à détecter et parfois améliorer des troubles dont les répercussions sur la vie quotidienne sont particulièrement catastrophiques.

Le vieillissement joue sur la vision …

La presbytie est typiquement liée à l'âge. Elle donne aux gens la furieuse envie de voir leurs bras s'allonger pour lire le journal. La “ lentille ” intraoculaire ou cristallin s'épaissit, devient moins élastique, ce qui limite son pouvoir d'accommodation. Le vieillissement normal est également responsable de la diminution du champ visuel, d'une atténuation de la vision des couleurs (sombres et pastel) et des contrastes. Il entraîne aussi une gêne accrue dans la vision nocturne.

Mais moins que certaines maladies

Les principales pathologies oculaires de la personne âgée sont la Dégénérescence Maculaire de la rétine Liée à l'Age (DMLA), la rétinopathie diabétique, la cataracte et le glaucome. Dans chacune de ces maladies, la perte visuelle est réelle, avec des symptômes et des prises en charges spécifiques.

La DMLA : responsable de pertes graves de la vision. C'est la vision centrale qui est perturbée, avec une sensation de brouillage et de distorsion de l'image. Quinze pour cent des personnes de plus de 80 ans sont touchées, en particulier quand elles ont des antécédents familiaux de cette maladie. Les hypermétropes et les fumeurs sont plus exposés également. Les lésions étant irréversibles, la DMLA doit être dépistée tous les ans en consultant un ophtalmologiste à partir de 55 ans ou de 50 ans en cas de facteur de risque. Le traitement, quand il est possible (uniquement la forme humide), consiste à détruire les vaisseaux anormaux apparus sous la rétine : photocoagulation au laser, photothérapie (utilisation d’une substance photosensibilisante), molécules anti-angiogéniques (régression des vaisseaux en bloquant un facteur VEGF).

La rétinopathie diabétique : affection chronique de l'appareil micro circulatoire de la rétine. Particulièrement crainte, cette maladie est à l'origine de 33% des cas de cécité chez les personnes âgées diabétiques. Il s'agit surtout de prévenir son apparition en régulant au mieux, dès le début de la maladie diabétique, le taux de sucre dans le sang. L'utilisation du laser permet de limiter les lésions rétiniennes et de réduire les risques de perte visuelle.

La cataracte : le cristallin s'opacifie. Les causes de ce phénomène sont multiples : l'âge, les traumatismes, le diabète ou certains médicaments (corticoïdes, traitement contre le cancer). La cataracte rend sensible aux éblouissements, elle fait parfois percevoir un halo autour des objets. Certains collyres peuvent améliorer la gêne, mais c'est l'intervention chirurgicale, possible sous anesthésie locale, qui permet l'ablation du cristallin et son remplacement par un implant. La vision est ainsi efficacement restaurée.

Le glaucome : augmentation de la pression à l'intérieur de l'œil qui entraîne une destruction progressive et irréversible du nerf optique, menant, en l’absence de diagnostic et de prise en charge, à une réduction du champ visuel et de l’acuité visuelle. Le glaucome évoluant pendant des années sans aucun symptôme, cette maladie se dépiste tous les ans à partir de 45 ans, voire 40 ans en cas de prédisposition familiale. L’ophtalmologiste procède à une simple mesure de la pression intraoculaire. Le traitement peut être médical (collyres ou médicaments par voie générale) ou chirurgical. Le glaucome aigu est quant à lui très douloureux et s'accompagne d'autres signes (œil rouge, perte visuelle, maux de tête, nausées, etc.). Il s'agit alors d'une véritable urgence thérapeutique.

Publié par Dr Stéphanie Lehmann, gérontologue le Lundi 10 Décembre 2001 : 01h00
Mis à jour le Mercredi 30 Septembre 2015 : 10h48
A lire aussi
Les trois maladies qui menacent la vue des seniors Publié le 22/09/2008 - 00h00

Attention, passé la cinquantaine, trois maladies risquent de menacer votre vision : la cataracte, la DMLA ou dégénérescence maculaire et le glaucome. Que faut-il savoir sur ces trois affections visuelles ? Comment les dépister et quels sont les traitements possibles ?

Quels sont les différents troubles de la vue ? Publié le 09/06/2008 - 00h00

Myopie, hypermétropie, astigmatisme, presbytie, cataracte, glaucome et DMLA (Dégénerescence Maculaire Liée à l'Age) sont autant de défauts ou de maladies susceptibles d'affecter votre vue. Quelles sont les solutions pour corriger sa vision, voire la guérir ?

Cataracte : un traitement chirurgical de routine Publié le 26/03/2001 - 00h00

La cataracte est une maladie de l'oeil très fréquente après 60 ans. Liée le plus souvent au vieillissement naturel du cristallin qui s'opacifie, la cataracte se caractérise par une baisse de la vision, avec impression de brouillard devant les yeux. Grâce aux progrès de la microchirurgie et à...

Plus d'articles