Viticulteurs et santé : aïe !

Publié par Isabelle Eustache, journaliste santé le Dimanche 31 Août 2014 : 23h03
-A +A

Les vignobles français reçoivent quelque 20 % des pesticides répandus dans notre pays.
Rien d’étonnant à ce que la santé des viticulteurs trinque.

Mais l’exposition à ces substances phytosanitaires ne représente pas le seul risque pour la santé pour les travailleurs de la vigne : troubles musculosquelettiques, blessures, accidents, expositions aux intempéries, et bien d’autres encore…

Viticulture et risques chimiques

Des pesticides jusque dans les cheveux

Les viticulteurs sont très largement exposés aux risques phytosanitaires, comme l’a encore montré récemment en 2013 l’enquête APAChe de l’Association Générations futures. Celle-ci a porté sur une analyse de cheveux prélevés sur une quinzaine de viticulteurs de Listrac Médoc en Gironde, permettant d’estimer l’imprégnation ancienne en résidus de pesticides viticoles. Résultat, les salariés de la viticulture présentent 11 fois plus de pesticides que la population témoin. Et les riverains des vignes (non salariés habitants à moins de 250 km des vignes), cinq fois plus. Près de la moitié des molécules retrouvées sont classés comme cancérigènes possibles et plus d’un tiers sont suspectés d’être des perturbateurs endocriniens.

Les autres risques chimiques

Les risques phytosanitaires liés aux pesticides ne sont pas les seuls risques chimiques. Les travailleurs en viticulture sont également exposés aux engrais employés pour la fertilisation des sols, à la fermentation dans les cuves (asphyxie par le CO2), au sulfitage (intoxication au S02), aux produits employés pour le nettoyage et la désinfection dans les caves de vinification, qui peuvent entraîner des troubles caustiques (dermites, ulcérations), des allergies, des rhinites, voire des asthmes professionnels par inhalation.

Enfin, l’exposition fréquente à des poussières minérales renfermant de la silice cristalline peut provoquer une inflammation pulmonaire chronique, sans oublier les risques liés au méthane, gaz inflammable et asphyxiant produit par les effluents viticoles riches en matière organique.

Les troubles musculosquelettiques (TMS) des viticulteurs

Les troubles musculosquelettiques (TMS) sont des affections des muscles, des tendons et/ou des nerfs aux conséquences souvent graves (absentéisme, inaptitude au poste de travail), qui constituent la première cause de maladie professionnelle reconnue en France.

La viticulture est aussi le secteur professionnel le plus touché par les TMS.

Avec les cultures spécialisées et les coopératives de traitement de la viande des gros animaux, ces trois secteurs regroupent à eux seuls plus de la moitié des TMS connus. C’est aussi en viticulture que l’on rencontre le plus grand nombre de TMS graves.

En effet, les salariés sont très fréquemment soumis à des contraintes gestuelles et posturales de façon prolongée, en particulier posture accroupie et courbée pour accéder à la vigne. Les contraintes physiques sont également importantes, notamment les gestes répétitifs et le port de charges.

Le TMS le plus commun en viticulture est le syndrome du canal carpien lié notamment à l’activité de taille qui sollicite régulièrement les muscles et les articulations des viticulteurs en raison du caractère répétitif des mouvements de la main, des flexions et extensions des doigts avec appui du manche du sécateur sur le talon de la main. Mais cette tâche mobilise aussi les autres éléments de l’appareil locomoteur du membre supérieur.

Publié par Isabelle Eustache, journaliste santé le Dimanche 31 Août 2014 : 23h03
Source : Enquête Sumer 2010, « Les risques professionnels par métiers », http://travail-emploi.gouv.fr/IMG/pdf/Synthese_Stat_No_5_-_Risques_professionnels_par_metiers.pdf. Générations futures, 13 février 2013, http://www.generations-futures.fr/pesticides/lenquete-apache-analyse-de-pesticides-agricoles-dans-les-cheveux/. Ministère du Travail, http://travail-emploi.gouv.fr. MAS, Observatoire des troubles musculosquelettiques des actifs agricoles, Bilan national 2007-2011, http://references-sante-securite.msa.fr/files/SST/SST_1392738553688_OBSERVATOIRE_DES_TMS_2014.pdf. Officiel Prévention, http://www.officiel-prevention.com/formation/fiches-metier/detail_dossier_CHSCT.php?rub=89&ssrub=206&dossid=398.
A lire aussi
Maladies professionnelles : quels sont les TMS les plus courants ? Publié le 27/05/2012 - 22h00

Première cause de maladies professionnelles en France, les TMS regroupent une quinzaine de maladies : lombalgie, syndrome du canal carpien, tendinite de l’épaule, épicondylite, etc...Le point sur les TMS les plus courants et qui font souffrir salariés et entreprises…

Troubles musculo-squelettiques (ou TMS) au travail Publié le 09/11/2009 - 00h00

Maux de dos, douleurs musculaires, articulaires... les troubles musculo-squelettiques (TMS) sont actuellement la première cause d'absentéisme au travail. Leur prévention et leur prise en charge sont donc essentielles tant pour le bien-être des employés que des employeurs.

Troubles musculaires squelettiques : la "nouvelle épidémie" ? Publié le 21/11/2005 - 00h00

La fréquence des troubles musculo-squelettiques (TMS) ne cesse de croître depuis une quinzaine d'années. Ces douleurs au niveau des muscles et des articulations des membres supérieurs (lombalgie, tendinite, epicondylite, douleurs cervicales...) représentent aujourd'hui le premier problème de...

Les troubles musculo-squelettiques en forte augmentation Publié le 15/02/2010 - 00h00

Selon le dernier numéro du Bulletin épidémiologique hebdomadaire (Institut national de veille sanitaire), les troubles musculo-squelettiques (TMS) ont continué à croître fortement ces dernières années. En 2006, les TMS et les lombalgies représentaient ainsi 80 % des maladies...

Plus d'articles