Veines : ne les accablez pas !

Publié par Evelyne Oudry le Lundi 22 Juillet 2013 : 13h00
Mis à jour le Vendredi 24 Juillet 2015 : 10h36
-A +A

L’été n’est pas la bonne saison quand on souffre d’insuffisance veineuse… Quelques conseils pour voyager sans encombre et profiter des vacances malgré soleil et chaleur.

L'insuffisance veineuse en été

L’été, on montre ses jambes, les femmes surtout, en maillot de bain, short, bermuda, jupe ou robe légère. Malheureusement, sous l’effet de la chaleur, les troubles veineux s’accentuent et chevilles gonflées, varicosités et varices sont des plus disgracieuses… Le problème n’est pas nouveau. Depuis que l’Homme a adopté la position debout, le sang doit lutter contre l’effet de la pesanteur pour remonter des membres vers les poumons et le cœur où il évacue le gaz carbonique et se recharge en oxygène. Alors que les artères bénéficient des contractions du cœur et sont constituées de fibres élastiques, les parois des veines sont bien plus minces, contiennent moins de tissus musculaires et sont peu extensibles.

Elles disposent cependant de quatre mécanismes pour assurer le retour veineux.

  • Des valvules qui fonctionnent comme des clapets antireflux. Elles s’ouvrent pour laisser passer le sang puis se ferment pour l’empêcher de redescendre.
  • La pompe veineuse de la voûte plantaire. En marchant, le poids du corps s’exerce sur l’ensemble de la plante des pieds et propulse ainsi le sang vers le mollet.
  • Les contractions des muscles du mollet lors des activités, notamment de la marche.
  • La respiration. Les mouvements du diaphragme produits à chaque inspiration et expiration permettent au sang présent dans les cuisses et l’abdomen de remonter.

Bien évaluer les risques

Faites-vous partie des 22 millions de Français insuffisants veineux ? Si vos deux parents ont ou avaient des varices, c’est probable car l’hérédité compte beaucoup. Avec un seul parent atteint, le risque tombe de 90 % à 25 % pour les garçons, mais à 60 % pour les filles.

Causes personnelles

Pour l’instant, on ne peut rien faire contre la génétique. Pas plus que contre les deux autres grands facteurs de risque.

L’âge

Comme les autres organes, les veines vieillissent, se détériorent et le risque d’avoir des varices augmente. De 15 % à 35 ans, il atteint 65 % à 75 ans.

Le sexe féminin

Une femme sur deux est touchée contre un homme sur quatre. En cause, les modifications hormonales (puberté, pilule, grossesse, ménopause) qui se agissent sur les parois veineuses. Pendant la grossesse, s’ajoutent la compression des veines abdominales et une augmentation du volume sanguin.

Situations à risque

D’autres facteurs, favorisants ou aggravants, tiennent au mode de vie et aux activités.

Voyages de longue durée

Surtout les trajets en avion. La position assise sur un siège étroit, les jambes repliées, bloque le retour veineux. Dépressurisation et sécheresse de l’air jouent aussi un rôle.

Certaines professions

Les métiers qui obligent à rester debout ou assis et à piétiner, dans une atmosphère chaude et humide, ou encore à porter des charges lourdes entraînent un ralentissement de la circulation de retour favorisant la stagnation du sang.

Sédentarité

Elle nuit au bon fonctionnement de la pompe veineuse du mollet.

Sports

Ceux avec des sauts ou à-coups importants sur les membres inférieurs. Pratiqués de manière intensive, ils ébranlent la colonne veineuse : tennis, squash, course sur surface dure, volley-ball, basket-ball, escrime, judo. Les sports qui provoquent des hyperpressions (haltérophilie, aviron) ou bloquent les articulations (équitation) gênent aussi la circulation veineuse.

Obésité et surpoids

La graisse située dans les tissus sous-cutanés vient comprimer le réseau veineux, gênant ainsi le retour du sang.

Chaleur et soleil

Ils favorisent une dilatation des veines qui empêche les valvules de remplir leur rôle d’antireflux. Ce qui explique que les jambes sont plus lourdes et gonflées l’été.

Gare aux complications

Ne sous-estimez pas ces facteurs de risque. Sans précautions, changements de mode de vie et traitements adaptés, l’insuffisance veineuse s’aggrave et les symptômes (jambes lourdes, chevilles enflées, fourmillements) deviennent plus douloureux et difficiles à supporter. Apparaissent des varicosités, sortes de filaments rouges ou violets sous la peau, ou des varices inesthétiques. Réagissez dès le début sous peine de complications : rupture de cordon variqueux avec hémorragie, phlébite, thrombose, eczéma et ulcère variqueux.

Publié par Evelyne Oudry le Lundi 22 Juillet 2013 : 13h00
Mis à jour le Vendredi 24 Juillet 2015 : 10h36
Source : Magazine Bien-Etre & Santé n°303 de Juillet-Août 2013
A lire aussi
Jambes lourdes, varices Publié le 31/08/2015 - 14h03

Les plantes sont une aide précieuse en cas d'insuffisance veineuse. La vigne rouge, le marronnier d’Inde, le fragon ou encore le cyprès sont autant de solutions naturelles aux problèmes de jambes lourdes, de varices, d’œdèmes, de crampes et d’inconfort qui ont tendance à s’accentuer...

Faites-vous de belles jambes cet été ! Publié le 15/07/2012 - 22h00

L’été est là et on rêve de dévoiler ses jambes pour profiter des premiers rayons du soleil.Suivez nos conseils et ceux du docteur Brigitte Merlet Romageon angiologue phlébologue pour arborer de jolies gambettes et un moral ensoleillé !

Plus d'articles