Qui se chauffe dégage du monoxyde de carbone

Publié par Isabelle Eustache, journaliste santé le Lundi 02 Janvier 2006 : 01h00
Mis à jour le Jeudi 01 Septembre 2016 : 11h32
-A +A
Indolore et invisible, le monoxyde de carbone est un gaz asphyxiant qui intoxique chaque année 6.000 Français. Les personnes en situation précaire ne sont pas les seules victimes, nous pouvons tous être concernés. Cet hiver, avez-vous fait ramoner vos conduits ?

L'asphyxie au monoxyde de carbone est une des premières causes de mort toxique accidentelle. Chaque année, se déclarent plus de 1 000 épisodes d’intoxication accidentelle domestique au monoxyde de carbone, impliquant près de 3 500 personnes et à l'origine d'une centaine de décès.

Le monoxyde de carbone résulte d'une combustion incomplète, quel que soit le combustible utilisé (bois, fuel, gaz naturel, butane, charbon, essence, pétrole, propane) et quel que soit le type d'appareil (chaudières, chauffe-eau, inserts de cheminée, poêles, chauffages mobiles d'appoint, cuisinières, moteurs de voiture dans les garages, groupes électrogènes, appareils de fortune de type brasero, etc.). Les principales causes sont :

  • une mauvaise évacuation des produits de combustion : conduits de fumée obstrués ;
  • une absence de ventilation dans la pièce où est installé l'appareil : pièce calfeutrée, sorties d'air bouchées ;
  • défaut d'entretien des appareils de chauffage et de production d'eau chaude ;
  • une mauvaise utilisation de certains appareils (chauffage d'appoint en continue, groupes électrogènes).

On s'aperçoit que si les conditions sociales accentuent les risques (habitat vétuste, défaut d'entretien des appareils, chauffage d'appoint), nous pouvons tous être concernés. Les phénomènes météorologiques (froid intense, brouillard), les habitudes locales, la négligence ou tout simplement le fait d'être mal informé, représentent également des facteurs de risques importants.

Connaissant les causes et les risques, la prévention devient élémentaire :

  • Faire ramoner régulièrement les conduits et les cheminées.
  • Ventiler quotidiennement le logement.
  • Faire entretenir les installations par un professionnel qualifié : signer un contrat d'entretien garantissant une visite annuelle de prévention (réglage, nettoyage et remplacement des pièces défectueuses) et un dépannage gratuit sur simple appel.
  • Respecter les précautions d'emploi de tous les appareils.
  • N'utiliser que de façon intermittente les appareils de chauffage d'appoint.
  • Ne pas utiliser de petit chauffe-eau sans évacuation extérieure de fumées.
  • Le four de la cuisinière, porte ouverte, ne doit jamais être utilisé comme moyen de chauffage.

L'alerte

Absorbé en quelques minutes par l'organisme, le monoxyde de carbone se fixe sur l'hémoglobine. Lorsque l'intoxication est faible, la victime souffre de maux de tête, de nausées, de confusion mentale, de fatigue. En revanche, l'exposition à de fortes concentrations entraîne des vertiges, une perte de connaissance, une impotence musculaire, des troubles du comportement, voire un coma et le décès. L'intoxication est une urgence. Il faut immédiatement aérer, évacuer les locaux et appeler les secours (pompiers 18 ou Samu 15). La réintégration des locaux n'est possible qu'après le passage d'un professionnel qualifié qui recherchera la cause de l'intoxication et proposera les travaux à effectuer.

Pour en savoir plus

Ministère de la santé, Danger du monoxyde de carbone : pour s’en protéger, des gestes simples, janvier 2016.

Institut national de prévention et d'éducation à la santé (Inpes), Intoxication au monoxyde de carbone, septembre 2015.

Publié par Isabelle Eustache, journaliste santé le Lundi 02 Janvier 2006 : 01h00
Mis à jour le Jeudi 01 Septembre 2016 : 11h32
Source : Dossier de presse de l'Institut national de prévention et d'éducation pour la santé (Inpes), hiver 2005.
A lire aussi
Monoxyde de carbone : le " tueur silencieux " Publié le 18/12/2000 - 00h00

Avec l'arrivée du froid, nos appareils de chauffage reprennent leur fonctionnement. Comme les gaz d'échappement et les incendies, les chauffages, surtout lorsqu'ils sont situés dans des pièces de petite taille et peu aérées, dégagent du monoxyde de carbone. Son inhalation empêche nos...

Plus d'articles