Perte d'autonomie : il va falloir s'organiser !

Publié par Isabelle Eustache, journaliste santé le Lundi 07 Juin 2010 : 02h00
-A +A
L'espérance de vie s'allonge. Avec 14,4 millions de personnes âgées de plus de 60 ans en 2009, on estime qu'elles seront 22,3 millions en 2050. Or avec l'âge, le risque de dépendance augmente. L'enjeu majeur des prochaines décennies est de prévenir la perte d'autonomie et de favoriser le maintien à domicile. Qu'en pensent les Francais ?

Face à la dépendance d'un proche, 83% des Français se déclarent désemparés

Selon le sondage Viavoice - Autonomic*, 83% des Français interrogés déclarent qu'il leur serait très difficile (41%) ou assez difficile (42%) de prendre en charge un proche devenu dépendant. Cette difficulté se pose en termes d'organisation. Elle est perçue de la même façon chez les hommes et les femmes, quelles que soient la catégorie professionnelle et la taille de l'agglomération.

Parmi les principales difficultés spontanément citées : le manque d'information, la méconnaissance des modalités d'organisation, le logement perçu inadapté, les transports difficiles ou impossibles.

Ces problématiques sont partagées par tous les Français. Pourtant, les moyens pour faire face aux difficultés ne sont pas les mêmes pour les catégories populaires que pour les populations les plus aisées.

Pour les Français, le grand âge = perte d'autonomie

Pour les Français, le grand âge est une réelle inquiétude, comme en témoigne leur réponse à la question : à quoi associez-vous en priorité le grand âge ? 42% l'associent à la perte d'autonomie. Les femmes sont plus inquiètes que les hommes (46% des femmes vs 38% des hommes) et utilisent le terme dépendance.

La notion de bonne santé arrive en 2e position (" être âgé et en bonne santé ") pour 35% des Français. Paradoxalement, les plus âgés sont les plus optimistes puisque 44% des plus de 65 ans placent la santé avant la perte d'autonomie.

L'isolement est redouté par 28% des Français, plus particulièrement les femmes, les 50-64 ans et les agriculteurs. La sagesse est majoritairement associée au grand âge par les plus jeunes (18-24 ans).

Enfin, l'âge lui-même n'est que peu perçu comme un facteur de grand âge. Le fait d'être âgé dépend donc bien, avant tout, de sa capacité d'autonomie, et non de son âge réel.

Publié par Isabelle Eustache, journaliste santé le Lundi 07 Juin 2010 : 02h00
Source : Communiqué de presse Salon Autonomic, mai 2010.
A lire aussi
Comment les plus de 70 ans voient-ils leur santé ? Publié le 05/12/2008 - 00h00

Plutôt que de questionner tous les Francais sur la prise en charge des personnes âgées, pourquoi ne pas interroger les intéressés eux-mêmes sur la facon dont ils percoivent leur santé ? Forts de ce raisonnement, le mensuel Notre Temps et Mondial Assistance publient les résultats d'une étude...

L’évaluation de la perte d’autonomie des personnes âgées Publié le 18/01/2008 - 00h00

La perte d’autonomie est l’incapacité pour une personne d’effectuer par elle-même certains actes de la vie courante. La perte d’autonomie des personnes âgées est évaluée selon des critères précis, à l’aide d’une grille dénommée Aggir. C’est à l’issue de cette évaluation...

Plus d'articles