MST : méfiez-vous de l'herpès génital

Publié par Dr Philippe Presles le Mercredi 13 Novembre 2002 : 01h00
-A +A
Les Maladies Sexuellement Transmissibles (MST) sont devenues synonymes de SIDA. Pourtant d'autres maladies peuvent aussi avoir des conséquences très graves. Plus insidieuses, elles doivent également être connues. C'est le cas de l'herpès génital.

Les MST et les craintes qu'elles suscitent évoluent en fonction des époques et des traitements. Si redoutées encore dans les années 60, les complications de la syphilis (la "petite vérole" de l'histoire), ne se rencontraient plus guère en France métropolitaine (depuis trois ans, on assiste à une recrudescence inquiétante de syphilis). Ceci s'explique par le succès de la pénicilline sur l'agent responsable, le tréponème. La pénicilline a également fait disparaître la crainte de la gonococcie, la fameuse "chaude-pisse" qui fit tant rire et pleurer (attention, elle revient et peut être responsable de stérilités tant masculines que féminines). Après la période exceptionnelle des années 70, au cours de laquelle les MST étaient le plus souvent curables, l'épidémie du Sida refit de la sexualité un vecteur de maladie mortelle. L'usage de préservatifs devenait essentiel pour préserver sa vie et son avenir. Puis l'invention des traitements antiviraux anti-HIV rendit l'épidémie provisoirement moins dramatique en sauvant de nombreuses vies. Parallèlement, on découvrait que d'autres MST étaient aussi très redoutables comme les chlamydiae qui sont responsables de stérilités tubaires (par obstruction des trompes), les papilloma virus qui provoquent à long terme des cancers, notamment du col, et les infections herpétiques qui peuvent récidiver toute la vie. Le préservatif retrouve d'autres qualités qu'il ne faut pas négliger, d'autant plus que le sida est toujours là, contaminant chaque jour de nombreuses personnes.

L'herpès génital peut tant être méconnu que récidivant

L'herpès génital est une maladie particulièrement pénible. Sa première manifestation (primo-infection) est caractérisée par une éruption, très prurigineuse (démangeaisons) et très douloureuse, des vésicules, voire des cloques sur le sexe. Chez la femme, on les retrouve disposées en bouquet dans le vagin ou sur le périnée (peau comprise entre le vagin et l'anus). Chez l'homme, elles se regroupent sur le pénis ou sur les testicules. Tant chez l'homme que chez la femme, des lésions anales sont possibles. En quelques jours, ces lésions vont s'éroder pour constituer des plaies encore plus douloureuses… Ce tableau déjà pénible peut être aggravé de fièvre, de maux de tête, de douleurs digestives et de courbatures.

Mais, ces symptômes caractéristiques sont d'une certaine manière trompeurs : dans 60% des cas, l'infection ne se déclare jamais cliniquement et reste inaperçue. A contrario, quand elle s'est manifestée, des récidives surviennent dans 85% des cas. Ceci explique pourquoi l'herpès est une maladie insidieuse pouvant facilement être méconnue et se transmettre d'un partenaire à l'autre. Selon une enquête Louis Harris, réalisée pour le compte de l'Association Herpès, si près d'un Français sur cinq est ainsi atteint, seuls deux sur dix se savent contaminés. Pire, seules 34% des personnes atteintes savent qu'il s'agit d'une MST et 59% n'utilisent jamais de préservatifs…

L'herpès se soigne mais ne guérit jamais

Aujourd'hui, si l'herpès se soigne grâce aux antiviraux spécifiques du virus (Zovirax ou Zélitrex), il ne guérit jamais : des récidives sont possibles toute la vie. Dans les cas d'herpès récidivant plus de 6 fois par an, il est maintenant possible de mettre en place une cure longue et quotidienne d'antiviral sur une durée de 6 mois. Dans certains cas l'herpès peut être très grave, notamment chez les nouveau-nés et chez les patients immunodéprimés.

Pour prévenir des atteintes gravissimes du nouveau-né, en cas de risque, outre la mise en place d'un traitement antiviral, une césarienne sera pratiquée pour éviter tout risque de contamination. Chez les personnes immunodéprimées, notamment les malades soufrant du Sida ou d'un cancer, un traitement antiviral de longue durée doit être institué.

Publié par Dr Philippe Presles le Mercredi 13 Novembre 2002 : 01h00
Source : FMC Hebdo N°79 - 13 juin 2000 Enquête Louis Harris réalisée pour l'Association Herpès
A lire aussi
L'herpès, un virus extrêmement contagieux ! Publié le 12/12/2005 - 00h00

Le bouton de fièvre, l'herpès génital ou oculaire, sont des affections très contagieuses et donc facilement transmissibles. Encore aujourd'hui, peu de Français le savent. Pourtant, un tiers des adultes sont touchés par le virus de l'herpès, soit plus de trois personnes sur dix…

Herpès vaginal : réponses à vos messages de forums Publié le 28/05/2007 - 00h00

L'herpès vaginal est une infection virale qui inquiète beaucoup, de par ses symptômes, ses poussées récurrentes, mais aussi du fait de son extrême contagiosité. Réponses à quelques-unes de vos questions en matière de risque de transmission et de précaution à prendre au sein d'un couple.

Maladies sexuellement transmissibles (MST) Publié le 06/09/2001 - 00h00

Les MST (maladies sexuellement transmissibles) ou IST (infections sexuellement transmissibles), regroupent les maladies qui ne se transmettent pratiquement que par rapports sexuels ainsi que celles pouvant se transmettre par d'autres voies, mais pouvant l'être aussi par voie sexuelle.Il faut savoir...

Plus d'articles