Herpès labial et génital : vrai/faux sur 10 idées reçues

Publié par Isabelle Eustache, journaliste santé le Vendredi 14 Mai 2004 : 02h00
Mis à jour le Mercredi 22 Juillet 2015 : 12h14
-A +A
En France, plus de 3 millions de personnes sont porteuses du virus de l'herpès à des degrés divers et dans des localisations variées. L'herpès labial ou " bouton de fièvre " est le plus courant. Quant à l'herpès génital, qui touche les parties sexuelles et avoisinantes, il concernerait plus de 2 millions de personnes, mais huit personnes sur dix ignorent leur infection avant de consulter un médecin, et risquent ainsi de transmettre le virus. De toutes les infections sexuellement transmissibles, l'herpès génital est celle qui progresse le plus. Il est important de faire le point sur vos connaissances.

Idée reçue N°1

Il vaut mieux consulter en dehors des poussées d'herpès.

  • C'est faux ! En dehors des poussées, il est plus difficile de faire le diagnostic et l'herpès génital peut être confondu avec d'autres maladies touchant les organes sexuels (mycoses, infections urinaires, autres infections sexuellement transmissibles...) car les symptômes sont proches.

Idée reçue N°2

Le stress est un facteur déclenchant des poussées d'herpès.

  • C'est vrai ! Le stress ou une vive émotion favorise la réapparition du virus. La fièvre, la fatigue, le décalage horaire, la prise d'alcool et les règles font également partie des facteurs favorisant les poussées.

Idée reçue N°3

En cas de bouton de fièvre, l'exposition au soleil favorise sa cicatrisation.

  • C'est faux ! En cas d'herpès au visage, il faut éviter les fortes expositions au soleil ou les températures extrêmes et utiliser un écran total.

Idée reçue N°4

L'herpès oculaire peut rendre aveugle.

  • C'est vrai ! L'herpès oculaire représente la première cause de cécité d'origine infectieuse dans les pays industrialisés. En France, on dénombre chaque année plus de 60.000 cas.

Idée reçue N°5

Le plus souvent, l'herpès oculaire est dû à une auto-contamination.

  • C'est vrai ! La plupart du temps, les yeux sont infectés par auto-contamination par l'intermédiaire des doigts, par exemple en se frottant l'œil, juste après avoir touché son bouton de fièvre.

Idée reçue N°6

Le bouton de fièvre ne peut pas se transmettre aux parties génitales.

  • C'est faux ! En cas de bouton de fièvre, un rapport sexuel mettant en contact la bouche avec le sexe peut être à l'origine d'une transmission du virus présent sur les lèvres aux parties sexuelles du partenaire. C'est le cas de 10 à 30 % des herpès génitaux.

Idées reçue N°7

En dehors des poussées, on peut se passer du préservatif.

  • C'est faux ! Il faut toujours utiliser un préservatif, même en dehors des poussées, car il peut y avoir des risques de contamination, même sans symptôme. Il faut aussi savoir que certaines personnes peuvent avoir été en contact avec le virus et ne jamais développer de signe visible d'herpès. Malgré cette absence de symptôme, la contagiosité demeure possible. Ces personnes sont donc porteuses du virus sans le savoir. Raison de plus pour toujours utiliser un préservatif, lequel protège de toutes les autres infections sexuellement transmissibles.

Idée reçue N°8

Une poussée d'herpès est précédée de signes annonciateurs.

  • C'est vrai ! Dans les heures à quelques jours qui précèdent la poussée, on ressent des picotements, des démangeaisons, des brûlures... au niveau des zones infectées. C'est ensuite que la poussée se manifeste, provoquant une rougeur, suivie de petites cloques, puis de croûtes. La cicatrisation intervient au bout d'une dizaine de jours. Apprendre à reconnaître les signes annonciateurs permet de débuter rapidement un traitement, condition efficace pour réduire la durée et l'intensité de la poussée. Il faut également savoir que la contagiosité débute dès les premiers signes annonciateurs et culmine durant la poussée. Toutefois attention, si le risque de contagion est le plus important pendant les poussées, il existe aussi dans de moindre proportion en dehors des poussées, alors qu'aucun symptôme n'est apparent !

Idée reçue N°9

Douleur, rougeur des yeux, sensation d'irritation et larmoiement sont les symptômes d'un herpès oculaire.

  • C'est vrai !

Idée reçue N°10

Chez la femme, l'herpès génital apparaît au niveau de la vulve sous la forme de petites cloques groupées en " bouquet ".

  • C'est vrai ! Plus rarement, chez certaines femmes, il peut aussi se manifester dans le vagin ou sur le col de l'utérus, rendant le diagnostic difficile. Chez l'homme, les zones touchées sont généralement le pénis et le prépuce, plus rarement la petite région cutanée située entre les deux, et parfois aussi les testicules.
Publié par Isabelle Eustache, journaliste santé le Vendredi 14 Mai 2004 : 02h00
Mis à jour le Mercredi 22 Juillet 2015 : 12h14
A lire aussi
Bouton de fièvre, baiser dangereux Publié le 15/02/2005 - 00h00

Le bouton de fièvre ou herpès du visage, est dû à un virus particulièrement contagieux. Il se transmet très facilement lors d'une poussée, en échangeant un simple baiser. Des facteurs déclenchants aux signes annonciateurs, en passant par les caractéristiques des poussées jusqu'au...

L'herpès, un virus extrêmement contagieux ! Publié le 12/12/2005 - 00h00

Le bouton de fièvre, l'herpès génital ou oculaire, sont des affections très contagieuses et donc facilement transmissibles. Encore aujourd'hui, peu de Français le savent. Pourtant, un tiers des adultes sont touchés par le virus de l'herpès, soit plus de trois personnes sur dix…

Herpès vaginal : réponses à vos messages de forums Publié le 28/05/2007 - 00h00

L'herpès vaginal est une infection virale qui inquiète beaucoup, de par ses symptômes, ses poussées récurrentes, mais aussi du fait de son extrême contagiosité. Réponses à quelques-unes de vos questions en matière de risque de transmission et de précaution à prendre au sein d'un couple.

Plus d'articles