Lombalgie : testez la racine de grande consoude !

Publié par Isabelle Eustache, journaliste santé le Lundi 27 Juillet 2009 : 02h00
Mis à jour le Mercredi 29 Avril 2015 : 16h15
-A +A
Très fréquentes, les lombalgies sont aussi parfois difficiles à soulager. La phytothérapie peut représenter une alternative intéressante et notamment l'extrait de racine de grande consoude, sous forme de pommade à appliquer localement. Preuves à l'appui de son efficacité.

Les lombalgies, douloureuses et handicapantes ...

Les lombalgies à l'origine de douleurs lombaires sont parfois très handicapantes et peuvent limiter les activités quotidiennes des personnes qui en souffrent. Les médicaments et les séances de kinésithérapie n'étant pas toujours suffisantes pour obtenir un soulagement efficace, nombre de patients se tournent vers les médecines naturelles, notamment l'acupuncture, la mésothérapie, parfois aussi la vitaminothérapie ou l'oligothérapie (supplémentation en minéraux). La phytothérapie est aussi largement utilisée. Dans ce domaine, une plante déjà utilisée contre les douleurs musculaires ou articulaires a démontré son efficacité contre les lombalgies. Il s'agit de la grande consoude, également dénommé langue-de-vache ou oreilles d'âne.

Elle a été testée chez 120 personnes âgées de 18 à 80 ans et atteintes de douleurs dorsales ou lombaires aigües. La moitié d'entre elles devait appliquer une pommade placebo en massage doux, l'autre moitié appliquait une pommade contenant 4 g d'extrait de racine de grande consoude. Les applications étaient répétées 3 fois par jour, toutes les 8 heures environ, et ce, durant 5 jours consécutifs. L'évolution des douleurs et du handicap était ensuite évaluée dès la première heure suivant la première application, puis à 3 jour et à 5 jour.

La grande consoude s'est montrée nettement plus efficace que le placebo dans tous les domaines.

La grande consoude, une alternative rapidement efficace

La pommade à base d'extrait de grande consoude abaisse de 95% la sensation douloureuse lors des mouvements, contre 38% avec le placebo.

Dès la première heure suivant l'application, la baisse est déjà de 33% avec la ' vraie pommade ', contre 12% pour le placebo, ce qui indique une grande rapidité d'action.

Au repos, les douleurs régressent de 97% avec la grande consoude, contre 39% pour le placebo. Là encore, l'action est rapide avec dès la première heure une régression de 43%, contre 7% avec le placebo.

Le seuil douloureux est aussi beaucoup plus fortement abaissé avec la grande consoude par rapport au placebo. Au final, le handicap fonctionnel est moindre.

Quant aux effets secondaires, ils ont été vraiment peu nombreux et peu intenses (quelques cas d'eczéma, de nausées, rhinite, céphalées…).

Avis aux personnes qui souffrent de lombalgies, essayez l'extrait de racine de grande consoude en massage délicat sur la zone douloureuse.

Publié par Isabelle Eustache, journaliste santé le Lundi 27 Juillet 2009 : 02h00
Mis à jour le Mercredi 29 Avril 2015 : 16h15
Source : Giannetti B.M. et coll., Br. J. Sports Med., 21 mai 2009.
A lire aussi
Mal de dos, ce qui marche vraiment ! Publié le 15/04/2011 - 07h58

Sciatiques, lombalgies, lumbagos, torticolis, dorsalgies…, les maux de dos ont de multiples causes. En fonction de la douleur et de sa localisation, certaines thérapies sont plus efficaces que d’autres. Comment s’y retrouver ? Suivez le guide…

Lumbago et douleur lombaire Publié le 26/04/2002 - 00h00

Le lumbago est une douleur touchant le segment lombaire de la colonne vertébrale, c'est-à-dire sa partie basse.

Arthrite, douleurs rhumatismales : le mal ignoré ! Publié le 09/10/2006 - 00h00

En France, l'arthrite (appelée aussi rhumatismes) constituent la première cause de consultation médicale pour la douleur. Or, les douleurs rhumatismales sont souvent négligées voire ignorées par les patients et même par les médecins !

Lumbago, lombalgie aiguë, un mal de dos très douloureux Publié le 07/08/2001 - 00h00

Episodes le plus souvent sans gravité mais très douloureux, les lombalgies aiguës ou lumbagos se résolvent en moins de dix jours à l'aide de paracétamol et d'un peu de repos. Il faut cependant savoir reconnaître les rares cas où une consultation médicale est indispensable.

Plus d'articles