Intoxications alimentaires en baisse

Publié par Dr Philippe Presles le Mercredi 15 Janvier 2003 : 01h00
-A +A
Bonne nouvelle, les toxi-infections alimentaires collectives sont en baisse. Selon l'Institut national de veille sanitaire (InVS), elles ont chuté de 10% entre 2000 et 2001.

Certes, certaines toxi-infections alimentaires collectives ne sont pas déclarées, notamment celles qui surviennent en famille ou qui sont dues à d'autres agents que les salmonelles. De plus, l'agent à l'origine de la moitié des intoxications resterait inconnu. Cependant, toutes les données disponibles permettent d'en tirer un enseignement précieux.

Selon les informations recueillies par l'InVs, 559 foyers de toxi-infection alimentaire collective ont été déclarés en 2001, soit 18% de moins qu'en 1998. Si neuf départements n'ont rapporté aucun foyer, d'autres en ont cumulé plus de 15. C'est le cas de Paris (avec 33 foyers déclarés), puis de la Gironde et des Bouches-du-Rhône (26), de la Haute-Garonne (21), de l'Isère (20), du Rhône (17) et de l'Ille-et-Vilaine (16).

Lorsque l'identification du germe infectieux a pu être réalisé, il s'agissait le plus souvent de Salmonella (64% des cas). Les aliments les plus fréquemment contaminés par des salmonelles étaient les œufs et les préparations à base d'œufs crus ou peu cuits. Le Staphylococcus aureus a été plus souvent retrouvé dans les produits laitiers et les plats cuisinés nécessitant des manipulations.

En 2001, ces infections alimentaires ont entraîné des hospitalisations dans 10% des cas et provoqué 3 décès de personnes âgées, soit une fréquence de 4 pour 10.000. Près de 61% des toxi-infections sont survenues en restauration collective et 35% en milieu familial.

Ce résultat positif doit encourager la poursuite des efforts engagés dans la prévention de ces infections, potentiellement mortelles. Il est également nécessaire de stimuler la déclaration des toxi-infections, tant collectives que familiales, afin notamment d'améliorer la surveillance et de disposer de données à valeur plus exhaustive.

Publié par Dr Philippe Presles le Mercredi 15 Janvier 2003 : 01h00
Source : Bulletin épidémiologique hebdomadaire n°50 de l'Institut national de veille sanitaire, 10 décembre 2002.
A lire aussi
Intoxication alimentaire : mieux vaut manger chez soi ? Publié le 02/01/2007 - 00h00

Le Bulletin épidémiologique hebdomadaire vient de publier une synthèse des intoxications alimentaires survenues en France entre 1996 et 2005. On découvre ainsi que dans 64% des cas, les accidents surviennent en restauration collective ou commerciale et que la contamination est souvent due aux...

Ma cuisine est-elle vraiment propre ? Publié le 28/10/2013 - 06h15

Sans que vous vous en doutiez, votre cuisine est le lieu favori des bactéries et virus en tout genre.Du frigo au plan de travail, elles s’immiscent partout et sont la première cause des intoxications alimentaires et de maladies parfois plus graves.Face à elles, un seul mot d’ordre :...

Enfant : pas de lait cru, pas de viande hachée rosée ! Publié le 02/05/2006 - 00h00

Le syndrome hémolytique et urémique est une maladie le plus souvent d'origine alimentaire, rare mais potentiellement grave chez les enfants. À la suite de deux épidémies survenues coup sur coup en 2005, certaines règles alimentaires et d'hygiène sont rappelées, notamment celles de ne pas...

Plus d'articles