Intestin irritable : les aliments à éviter

Publié par Isabelle Eustache, journaliste santé le Lundi 18 Mai 2009 : 02h00
Mis à jour le Vendredi 12 Octobre 2012 : 12h02
Le syndrome de l'intestin irritable est un trouble digestif fonctionnel. Fréquent, il se traduit par un ensemble de symptômes, dont les principaux sont la triade : constipation, douleurs abdominales et diarrhées. Incommodant sans être dangereux, il impose un régime alimentaire restrictif envers tous les aliments susceptibles d'irriter le côlon.

Quels sont les symptômes du syndrome de l'intestin irritable ?

  • Maux de ventre ou douleurs abdominales après les repas, mais aussi durant les périodes de stress.
  • Ballonnements, crampes, flatulences.
  • Diarrhée ou constipation ou alternance des deux.

Pour retrouver un certain confort intestinal, un régime alimentaire s'impose, excluant tous les aliments irritant le côlon.

Quels sont les aliments irritant le côlon ?

  • Les légumineux : fèves, haricots secs, lentilles, pois…
  • Les fibres riches en lignine : les crudités, certains légumes verts (blette, céleri, chou, oignon, salsifis).
  • Les piments.
  • Les fruits non pelés.
  • Les fruits oléagineux : amandes, noix, noix du Brésil, noix de cajou, noisettes, noix de macadamia, noix de pécans, pignons, pistaches.
  • Le son.
  • Les aliments fermentés, surtout les fromages fermentés (fromages à pâte molle et croûte moisie type Brie et Camembert, fromages à pâte molle et croûte lavée type Livarot et Munster, fromages avec moisissures à l'intérieur type bleus et persillés...).
  • Les viandes faisandées ou marinées.
  • Les viandes à fibres longues avec tendon et collagène.
  • Certains abats.
  • Les charcuteries.
  • Les préparations grasses.
  • Les sauces grasses.
  • Les fritures.
  • Les farineux.
  • Le lait et les laitages.
  • L'alcool.
  • Le café fort.
  • Les abus d'aliments riches en fructose : miel, fruits secs, raisin, figue, cerise…
  • Les aliments glacés.

Lorsque les troubles ont disparu, il est possible de réintroduire certains de ces aliments, mais toujours de façon très prudente et progressive.

Publié par Isabelle Eustache, journaliste santé le Lundi 18 Mai 2009 : 02h00
Mis à jour le Vendredi 12 Octobre 2012 : 12h02
Source : Talley NJ, Intern. Med. J., 36 (11) : 724-8, 2006.
A lire aussi
Plus d'articles