Pompe à insuline pour le diabète : finies les piqures à heure fixe !

Publié par Isabelle Eustache, journaliste santé le Lundi 07 Juin 2010 : 02h00
Mis à jour le Lundi 19 Octobre 2015 : 11h07
-A +A

En délivrant de l'insuline sous la peau de facon continue, la pompe à insuline reproduit le fonctionnement du pancréas. Ce dispositif permet aussi de délivrer ponctuellement des rajouts d'insuline selon les besoins (repas, activités physiques...). Ce traitement s'adresse essentiellement aux personnes atteintes de diabète de type 1, maladie apparaissant le plus souvent chez des enfants.

Diabète de type 1 ou de type 2 ? Quelles différences ?

Les diabétiques ont un taux de sucre dans le sang trop élevé (soit une glycémie supérieure à 1,26 g/l). C'est le cas lorsque l'insuline, hormone chargée de gérer l'utilisation du sucre par les cellules, n'est pas sécrétée en quantité suffisante par le pancréas. On parle alors de diabète insulino-dépendant ou diabète de type 1. C'est le cas pour 10% des diabétiques, soit environ 150.000 Français. Même si l'on peut être atteint de diabète de type 1 à tous les âges, il apparaît le plus souvent durant l'enfance, d'où son autre nom de " diabète juvénile ". Le traitement repose sur l'administration d'insuline (le plus souvent par des injections).

Toutefois, il faut savoir que la très grande majorité des diabétiques (90% des diabétiques), soit quelque 3 millions de Français, sont atteints d'un diabète de type 2 ou non insulino-dépendant (ou " diabète gras "). Cette fois-ci, l'insuline est sécrétée en quantité suffisante, mais elle manque d'efficacité pour réguler le taux de sucre dans le sang (insulino résistance). Le surpoids, la sédentarité et le syndrome métabolique constituent des facteurs de risque. Le traitement repose essentiellement sur un régime alimentaire approprié et sur la prise de médicaments antidiabétiques par voie orale. Les injections d'insuline sont utilisées en dernier recours.

Le diabète au quotidien

Les diabétiques doivent continuellement surveiller leur glycémie afin de la maintenir dans des valeurs moyennes normales et d'éviter les hypoglycémies. Or de nombreuses situations font varier la glycémie, comme les repas et l'activité physique.

En plus de gérer de telles variations, les diabétiques de type 1 doivent aussi veiller à avoir une quantité d'insuline basale. C'est ainsi qu'ils recourent à de fréquentes injections d'insuline, à moins de recourir à la pompe à insuline.

Publié par Isabelle Eustache, journaliste santé le Lundi 07 Juin 2010 : 02h00
Mis à jour le Lundi 19 Octobre 2015 : 11h07
Source : Association française des diabétiques, www.eclairersurlapompe.fr.
A lire aussi
Diabète type 1 insulino dépendant Publié le 25/02/2002 - 00h00

Le diabète de type 1 ou diabète Insulino Dépendant (DID), fut aussi appelé "diabète maigre" ou encore "diabète juvénile" car il peut apparaître dès l'enfance. L'alimentation joue un rôle important dans son traitement.

Pompes à insuline : de plus grands bénéfices pour les diabétiques Publié le 30/04/2002 - 00h00

Les pompes à insuline sont de petits appareils capables de perfuser en continu des quantités régulières d'insuline. Plusieurs études montrent qu'elles améliorent le contrôle de la glycémie des malades, tout en diminuant les quantités d'insuline quotidiennes nécessaires. Elles sont...

Lantus® : l'insuline liberté Publié le 15/10/2003 - 00h00

Les laboratoires Aventis lancent Lantus® le premier analogue lent de l'insuline (traitement du diabète). Une seule injection par jour pour une action constante sur 24 heures. Un vrai progrès pour les diabétiques.

Plus d'articles