Interview : L'engrenage de la dépendance au tabac

Publié par Isabelle Eustache, journaliste santé le Mercredi 04 Février 2004 : 01h00
Non, l'ouvrage de Suzy Soumaille* n'est pas un sempiternel manuel pour arrêter de fumer, mais plutôt une source d'informations expliquant la dépendance, les stratégies employées par l'industrie du tabac pour recruter de nouvelles victimes, ou encore un recueil de témoignages permettant une forte identification au sujet par le lecteur.

e-sante : La dépendance au tabac est-elle la même que celle rencontrée avec toutes les autres drogues ? A-t-elle des particularités ?

Suzy Soumaille : Comme les autres drogues, la nicotine active le « circuit de la récompense » situé dans le cerveau des émotions. Du plaisir en moins de dix secondes, qui dit mieux ? Vu la vitesse à laquelle elle atteint le cerveau, la nicotine est une des substances auxquelles on « s'accroche » le plus vite. Et si elle est moins puissante que la cocaïne, la nicotine compense en pouvant être administrée beaucoup plus souvent dans un temps limité. Certains parlent de la cigarette comme d'une seringue à nicotine. Il est vrai que la cigarette est le moyen le plus efficace d'administrer cette substance, car elle est mieux absorbée par la circulation pulmonaire que par d'autres voies (sanguine, cutanée).

e-sante : Comment pourrait-on déjouer les stratégies employées par l'industrie du tabac pour capter de nouveaux consommateurs ?

Suzy Soumaille : La publicité pour le tabac est redoutable car elle se lie à des valeurs positives telles que l'image d'une vedette, un moment de détente ou la pratique d'un sport extrême. C'est pourquoi l'interdiction de la publicité et de la promotion pour les produits du tabac est un des moyens efficaces pour préserver les jeunes. Autre approche payante : relativiser le sentiment de liberté que les jeunes croient trouver dans la consommation du tabac, en leur montrant qu'ils sont victimes des manipulations des fabricants. Les contre-publicités et autres campagnes « vérité » ont cet avantage de « parler » aux ados, peu sensibles au discours moralisateur des adultes, et d'aiguiser leur penchant naturel pour la révolte.Plusieurs expériences nord-américaines ont misé sur ce créneau en incitant les jeunes à se rebeller contre les manoeuvres de l'industrie. Entre 1998 et 2001, la Floride a réussi le tour de force de réduire la proportion des adolescents fumeurs de 47% à 31%. Le programme « Truth » (vérité en anglais) a été réalisé pour et par les jeunes. L'idée de génie a été de se battre sur le même terrain que les cigarettiers en créant un label, « Truth », décliné dans une ligne de vêtements et d'objets divers. La marque a fait un carton et les jeunes se sont arraché les tee-shirts.

Publié par Isabelle Eustache, journaliste santé le Mercredi 04 Février 2004 : 01h00
A lire aussi
Je veux arrêter de fumer : qu'est-ce qui marche ?Publié le 27/05/2012 - 22h00

En matière d’arrêt du tabac, il n’existe pas de recette miracle. Cette entreprise est extrêmement difficile et chaque fumeur doit trouver et adapter la ou les méthodes qui lui convient.Ceci dit, il existe des techniques de sevrage qui se sont révélées efficaces chez une majorité de...

Un manga contre le tabagisme des jeunesPublié le 12/11/2010 - 17h10

L’Institut national de prévention et d’éducation pour la santé (Inpes) a choisi cette fois-ci un manga comme support de sa campagne antitabac à destination des jeunes. L’originalité est qu’à travers ce film d’animation japonais, les jeunes sont clairement informés sur les...

Plus d'articles