Incontinence urinaire : oui, mais quelle incontinence ?

Publié par Marion Garteiser, journaliste santé le Lundi 13 Août 2012 : 00h00
Mis à jour le Mardi 12 Avril 2016 : 12h58
-A +A

Il existe différentes sortes d'incontinence urinaire, dont les causes et les traitements sont différents.

Comment savoir de quelle incontinence on est atteint, et comment réagir ?

Incontinence urinaire : des mécanismes complexes

Si nous parvenons la plupart du temps à garder l'urine dans notre vessie jusqu'à pouvoir l'expulser dans les toilettes, c'est grâce à un mécanisme complexe. Il repose essentiellement sur l'interaction entre :

  • Le détrusor, muscle du haut de la vessie, qui se contracte pendant la miction pour évacuer l'urine.
  • Et le sphincter urétral, muscle qui entoure l'urètre et le ferme en restant contracté.

Pendant que la vessie se remplit, elle reste fermée parce que le détrusor est inactif, mais le sphincter actif. Quand nous sommes aux toilettes, c'est l'inverse qui se passe et nous évacuons l'urine.

Si ce mécanisme est perturbé, l'urine peut être évacuée en dehors des moments où nous le choisissons consciemment… et c'est l'incontinence urinaire.

Incontinence urinaire d'effort : la plus fréquente de toutes

Selon une étude menée auprès des médecins généralistes (1), l'incontinence urinaire la plus répandue est l'incontinence urinaire d'effort.

Qu'est-ce que c'est ?

De nombreux gestes de la vie quotidienne – tousser, pousser, soulever un objet par exemple – augmentent la pression au sein de notre abdomen.

Chez les personnes qui souffrent d'incontinence urinaire d'effort, le mécanisme de fermeture de la vessie (sphincter urétral) n'est pas suffisant pour résister à cette pression accrue.

Du coup, chaque effort est accompagné d'une fuite d'urine, sans qu'il y ait forcément de sensation d'envie d'aller aux toilettes.

A noter : les femmes enceintes ou en surpoids sont particulièrement à risque d'incontinence urinaire d'effort.

Publié par Marion Garteiser, journaliste santé le Lundi 13 Août 2012 : 00h00
Mis à jour le Mardi 12 Avril 2016 : 12h58
Source : (1)  Lagro-Janssen A.L. et al., Huisarts Wet, 2006:49:501-10. Fiche de transparence du CBIP, prise en charge de l'incontinence urinaire, août 2011.
A lire aussi
Petites fuites secrètes, ça se soigne très bien ! Publié le 05/05/2008 - 00h00

L'incontinence urinaire est une perte d'urine involontaire, suffisante pour provoquer un problème hygiénique ou social.Lorsqu'on est concerné, les mots sont souvent difficiles à trouver pour parler d'un embarras qui retentit souvent jusque sur l'estime de soi. C'est bien dommage, car...

Plus d'articles