Hémophilie : une maladie rare, essentiellement masculine

Publié par Isabelle Eustache, journaliste santé le Lundi 27 Février 2006 : 01h00
Mis à jour le Lundi 30 Mai 2016 : 11h54
-A +A

Dans la perspective de la Journée mondiale de l'hémophilie qui aura lieu en avril 2006, un site Internet interactif (www.hemophilie2006.org) a été entièrement dédié à cette journée. Celui-ci est à la fois un lieu de découverte de la maladie, de témoignages et d'échanges entre patients et le monde médical. Les personnes atteintes d'hémophilie, maladie rare d'origine génétique, ont un sang qui coagule avec difficulté. Quels sont les traitements ? Quelle est la vie quotidienne des patients ?

Qu'est-ce que l'hémophilie ?

L'hémophilie est une maladie génétique hémorragique. Elle est due à la diminution ou à l'absence dans le sang d'un facteur de coagulation, le facteur VIII dans le cas de l’hémophilie A et le facteur IX dans le cas de l’hémophilie B. La coagulation est un processus en cascade complexe au cours duquel différents facteurs interviennent tour à tour pour former au final un caillot : si un des facteurs vient à manquer, tout s’arrête, le caillot n’est pas formé, le saignement en cours se prolonge. Le degré de sévérité de cette maladie dépend donc du taux du facteur de coagulation VIII ou IX dans le sang : s’il est très diminué (ce qui est le cas chez 50% des patients), la maladie est alors sévère et se manifeste par des saignements au moindre choc et même par des saignements spontanés ; si le facteur est modérément diminué dans le sang, les manifestations hémorragiques sont liées à des traumatismes, mêmes mineurs, mais les hémorragies spontanées sont rares ; enfin, si le taux de facteur est peu diminué dans le sang, les saignements sont moins importants. Les hémorragies externes sont moins graves car plus facilement maîtrisables par compression locale. Les hémorragies internes, peuvent engager le pronostic vital du patient hémophile s’il est mal ou tardivement pris en charge. Les hématomes, très volontiers volumineux, peuvent aussi être graves quand ils compriment le cerveau, les voies respiratoires, ou des nerfs... Par ailleurs la répétition d'hémorragies mal soignées au niveau musculaire et articulaire finit par provoquer des séquelles invalidantes : il s’agit de l’arthropathie hémophilique.

Comment se transmet l’hémophilie ?

Elle concerne 1 garçon sur 5.000 naissances de sexe masculin pour l’hémophilie A et 1 garçon sur 25.000 naissances de sexe masculin pour l’hémophilie B. La maladie se manifeste en général quand l’enfant commence à se déplacer à quatre pattes ou à marcher. L'hémophilie est une maladie génétique liée au sexe. L'hémophilie correspond à un défaut des gènes qui donnent l'information pour fabriquer les facteurs de coagulation VIII et IX. La transmission de cette maladie est liée au sexe car les gènes de ces facteurs sont situés sur l'un des chromosomes qui détermine le sexe, le chromosome X. Les garçons, ayant un chromosome X (venant de la maman) et un chromosome Y (venant du papa), seront atteints d’hémophilie si leur seul chromosome X est porteur d’un gène défaillant, contrairement aux filles qui auront reçu deux chromosomes X (un de leur père et un de leur mère), le chromosome sain venant compenser les effets du chromosome où se trouve le gène déficient : la femme porte le gène de la maladie, mais n'est en général pas malade, elle est " conductrice " de la maladie. Toutefois, si le gène de l'hémophilie est présent sur les deux chromosomes X de la femme, celle-ci est hémophile mais ce cas est extrêmement rare.

Publié par Isabelle Eustache, journaliste santé le Lundi 27 Février 2006 : 01h00
Mis à jour le Lundi 30 Mai 2016 : 11h54
Source : Association française des Hémophiles, www.hemophilie2006.org.
A lire aussi
Hémophilie Publié le 07/05/2003 - 00h00

Bien que rare, l'hémophilie est une maladie héréditaire qui se distingue par ses caractéristiques particulières (touchant essentiellement les hommes dans ses formes graves) et son histoire (maladie de la famille royale anglaise et de la famille impériale russe).Le point sur l’hémophilie,...

Hémophilie : coup de balai sur les idées reçues Publié le 10/04/2006 - 00h00

L'hémophilie a longtemps intrigué et suscité de nombreuses contre-vérités. Les connaissances sur l'hémophilie se sont considérablement affinées, mais les idées reçues ont la vie dure. Non, la personne hémophile ne risque pas de se vider de son sang. L'hémophilie n'est pas une maladie...

Hémophilie : l’espoir de la recherche Publié le 16/04/2013 - 17h05

En considérant l’hémophilie, les formes les plus sévères de la maladie de von Willebrand et d’autres maladies hémorragiques, il y aurait en France 15.000 personnes affectées par un trouble de la coagulation.En l’absence de traitement et de suivi, ces maladies peuvent entraîner des...

Plus d'articles