La fin des cures immunostimulantes

Publié par Isabelle Eustache, journaliste santé le Mardi 20 Septembre 2005 : 02h00
Mis à jour le Jeudi 31 Décembre 2015 : 10h54
-A +A

Avant l'hiver, des centaines de milliers de Français, majoritairement des enfants et des personnes âgées, suivent une « cure immunostimulante » visant à renforcer leur défenses immunitaires contre les infections hivernales (angines, bronchites, rhinopharyngites…). Ces médicaments, composés d'antigènes bactériens à visée immunostimulante, vont disparaître du marché à compter du 24 octobre 2005 : Biostim, Imocur, Imudon, IRS 19 et Ribomunyl.

L'Agence française de sécurité sanitaire des produits de santé (Afssaps) a tranché. Les médicaments dits immunostimulants n'ont jamais fait la preuve de leur efficacité, tandis que des effets secondaires rares, mais graves (urticaire, allergie), ont été documentés. En conséquence, leur retrait du marché sera effectif le 24 octobre 2005. Cette décision fait suite à une réévaluation de la balance bénéfice/risque de ces spécialités, au regard des critères d'efficacité actuellement exigés et des données issues de la pharmacovigilance. La conclusion est ferme « l'efficacité et le mécanisme de l'effet thérapeutique revendiqué ne sont pas démontrés ». De plus, « des effets indésirables rares mais potentiellement graves, essentiellement d'ordre allergique ou cutané, ont été mis en évidence ». En pratique, l'Agence recommande aux patients auxquels ces médicaments ont été prescrits de prendre contact, sans urgence, avec leur médecin pour revoir leur prise en charge. Et dans l'attente de ce contact, de ne pas débuter une nouvelle cure. Et si une cure est en cours, il n'y a aucune obligation à l'interrompre.

Note de l'Agence concernant la prise en charge des infections récidivantes

  • Chez l'enfant, les infections ORL et respiratoires récidivantes sont pour la plupart d'origine virale, spontanément résolutives, et elles contribuent au renforcement de l'apprentissage immunitaire. A ce titre, elles relèvent essentiellement d'une prise en charge symptomatique.
  • Chez l'adulte, la prévention doit être centrée sur la prise en charge des facteurs individuels favorisant ces infections (allergie, reflux gastro-oesophagien) et environnementaux (tabagisme passif).
Publié par Isabelle Eustache, journaliste santé le Mardi 20 Septembre 2005 : 02h00
Mis à jour le Jeudi 31 Décembre 2015 : 10h54
Source : Communiqué de L'Agence française de sécurité sanitaire des produits de santé (Afssaps) du 14 septembre 2005.
A lire aussi
Allergies respiratoires, pensez à l’immunothérapie ! Publié le 05/04/2016 - 14h14

On entend de plus en plus souvent parler d’immunothérapie, dans le cancer, les maladies auto-immunes et même l’athérosclérose mais aussi dans les allergies en oubliant que c’est dans ce domaine qu’elle a émergé. Aujourd’hui, l’immunothérapie allergénique ou "désensibilisation",...

Affections respiratoires : pensez à la cure thermale ! Publié le 21/03/2013 - 10h00

Après les rhumatismes, les orientations thérapeutiques les plus pratiquées en cure thermale sont les maladies respiratoires.En effet, certaines eaux thermales sont dotées de propriétés bénéfiques pour les voies respiratoires.C’est ainsi que les cures peuvent être envisagées en...

Plus d'articles