Fer : gare aux carences !

Publié par Genovefa Etienne, journaliste santé le Vendredi 14 Octobre 2005 : 02h00
Mis à jour le Mercredi 16 Décembre 2015 : 15h15
L'organisme d'un adulte contient entre deux et quatre grammes de fer. C'est très peu, comparé à d'autres minéraux, comme le calcium. Le fer n'en reste pas moins une substance indispensable à la vie puisqu'il est l'élément constitutif majeur de l'hémoglobine, qui distribue l'oxygène aux cellules du corps.

Manque de fer : un symptôme nommé anémie

Nos réserves de fer, que l'on peut doser dans le sang, ont besoin d'être renouvelées régulièrement à partir de l'alimentation. Contrairement aux hommes, les risques de carence en fer sont fréquents chez la femme, depuis l'adolescence jusqu'à la ménopause, à cause des pertes de sang menstruelles.

Par ailleurs, pendant la grossesse, les besoins de la femme augmentent considérablement. Une insuffisance prolongée des apports en fer alimentaire peut provoquer ce qu'on appelle une anémie ferriprive, qui se manifeste par une pâleur de la peau et des muqueuses, une fatigue excessive et une moindre résistance aux infections.

Il est donc essentiel de s'assurer de bons apports alimentaires de ce précieux métal qu'est le fer.

Fer : conseils anti-carence !

En principe, notre alimentation devrait suffire à couvrir nos besoins en fer.

On trouve du fer dans les abats, surtout le foie et les rognons, le boudin noir, les poissons, les crustacés, le jaune d'oeuf mais aussi les céréales, les fruits secs (amandes, pistaches), les lentilles et certains légumes frais en général (notamment le fenouil).

Conseils pour éviter les carences en fer

Il faut savoir que notre organisme n'assimile qu'une faible part du fer présent dans l'assiette : environ 25% du fer provenant de la viande (fer héminique) et seulement 2 à 5% du fer issu des sources végétales.

Le fer d'origine végétale est mieux absorbé s'il est consommé en même temps que du fer héminique : l'association de viande et légumes verts est donc tout à fait recommandée.

Par ailleurs, il faut savoir que la vitamine C active l'assimilation du fer alimentaire.

Lorsque l'alimentation ne couvre pas les besoins en fer, il est donc important d'avoir recours à des compléments. Le médecin prescrira la forme la plus adaptée.

Publié par Genovefa Etienne, journaliste santé le Vendredi 14 Octobre 2005 : 02h00
Mis à jour le Mercredi 16 Décembre 2015 : 15h15
A lire aussi
Je manque de fer, que faire ?Publié le 16/02/2009 - 00h00

La meilleure facon de faire le plein en fer est de manger du boudin noir, idéalement une fois tous les quinze jours. Pour celles qui n'apprécient pas cet aliment considéré de loin comme le plus intéressant pour sa teneur en fer, d'autres solutions existent...

A quelle heure boire son thé ?Publié le 06/10/2008 - 00h00

A moins d'être parfaitement sûr de ne présenter aucune carence en fer, mieux vaut boire son thé à distance des repas. C'est que cette boisson aux immenses vertus a l'inconvénient de diminuer l'absorption du fer…

Carence en fer chez bébé, risque élevé après l'allaitementPublié le 26/02/2007 - 00h00

Le risque de carence en fer chez le jeune enfant n'est pas nul dans nos pays développés. La période qui suit l'arrêt de l'allaitement est la plus sensible car bébé passe d'un lait renfermant du fer hautement absorbable à un autre contenant du fer nettement moins biodisponible. Mieux vaut donc...

Quand le foetus pompe le fer de sa mèrePublié le 10/06/2002 - 00h00

L'anémie est très souvent due à un manque de fer dans l'organisme et son traitement consiste à prendre du fer. Très fréquente chez les femmes enceintes, la question de la voie d'administration du traitement se pose : par voie orale ou par voie injectable ? Objectif : la croissance du foetus.

Plus d'articles