Faut-il diaboliser le sucre ?

Publié par Dr Philippe Presles le 10/02/2012 - 14h03
-A +A

Si on posait la même question pour le tabac, on ferait l’unanimité. Oui, la relation entre le tabagisme, les cancers et les infarctus a été largement démontrée. Oui, la nicotine est une substance puissamment addictive contre laquelle il faut protéger les jeunes. Mais qu’en est-il du sucre qui fait maintenant l’objet d’attaques aux USA aussi bien sur le plan scientifique que politique ?

Le sucre, une substance doublement addictive

Le sucre est très clairement une substance addictive, et même doublement addictive. Pourquoi ?

Tout d’abord parce qu’à l’instar de la nicotine, nous disposons dans notre cerveau de récepteurs au glucose, la forme chimique la plus simple du sucre.

Ensuite parce qu’au contraire de la nicotine, nous en avons besoin pour vivre, le glucose étant notre source d’énergie la plus directement assimilable. De plus, le cerveau consommant à lui seul le quart de notre énergie, sa dépendance au sucre est encore plus forte. C’est pourquoi nous retrouvons des sucres dans notre alimentation, pour la moitié de nos apports, le reste étant constitué d’acides gras et de protéines.

Ce pouvoir addictif du sucre - qui peut agir comme une véritable drogue - est parfaitement illustré par la découverte du sucre raffiné obtenu à partir de la canne à sucre. Dès que le sucre, « pur » ou raffiné, a été disponible, les besoins ont véritablement explosés, amenant à augmenter massivement les terres cultivables pour la canne à sucre. Cela a été la base de l’esclavage aux Antilles au 18ème siècle.

L’usage massif des sucres industriels

De nos jours, nous consommons du sucre de multiples manières, tant de canne à sucre ou de betterave, que par l’utilisation de fructose (le sucre des fruits) ou de sirop de glucose à haute teneur en fructose issu du maïs (pour sucrer notamment les sodas ou les plats cuisinés).

Ceci explique pourquoi notre consommation de sucre augmente de manière considérable. Si au début du 19ème siècle, notre consommation moyenne de sucre pur était d’environ 5 kg par an et par personne, elle est passée de nos jours à 35 kg par an et par personne.
Aux Etats-Unis, cette consommation annuelle de sucre pur atteint 70 kg par personne ! D’où l’épidémie d’obésité que l’on observe Outre Atlantique, la proportion de gens obèses atteignant les 40 % dans certains Etats…

Comment les Américains en sont arrivés là ? La moitié du sucre raffiné qu’ils consomment provient des boissons, comme les sodas, les jus de fruits, les boissons chaudes, etc. Les Américains passent leur temps avec un gobelet à la main et ne boivent que très peu d’eau. Ensuite, ils grignotent sans cesse des friandises, des barres chocolatées, des snacks, etc. Pour terminer, lors de leurs principaux repas, ils font appel essentiellement à des plats cuisinés industriels et à des fast-foods, les Américains ne faisant plus la cuisine eux-mêmes.

Que constater en Europe ? Que nous prenons le même chemin, que l’épidémie d’obésité nous touche, que nous cuisinons de moins en moins et que nous consommons de plus en plus de produits fortement sucrés. C’est d’autant plus préoccupant qu’il est maintenant scientifiquement établi qu’une consommation excessive de sucre raffiné ou industriel est retrouvée derrière de nombreuses maladies, comme l’obésité morbide bien entendu, mais aussi le diabète, l’infarctus et l’attaque cérébrale, et encore les cancers.

Billet publié par Dr Philippe Presles le 10/02/2012 - 14h03
Ce billet fait partie du blog : Le blog de la Rédaction
Notez cet article
Vous devez être connecté à votre compte E-Santé afin de laisser un commentaire
PDocSucre

Bonjour,
je viens de lire sur e-santé l’article de Paule Neyrat (Sucre : combien, comment et quand ?), intéressant pour ses informations précises et ses propos nuancés.
J’ai ensuite découvert votre article « Faut-il diaboliser le sucre », qui fait des confusions entre glucose, sucre, sucres et glucides et aussi selon moi des raccourcis discutables. Exemple : un besoin nutritionnel (en glucose) n’est pas la preuve ou la cause d’une dépendance. Autre point : la littérature scientifique ne permet pas d’affirmer que le sucre crée une dépendance chez l’homme (revue de Benton, Clin. Nutr., 2010).

Sur les consommations de sucre (en fait, il s’agit de données de ventes), on est effectivement passé de 5 kg à 30-35 kg /an/habitant en France entre 1850 et les années 2000. Rien n’interdit de tenter une corrélation avec la prévalence de l’obésité, même si en France les ventes de sucre sont stables depuis les années 70. Mais sur une question telle que l’obésité, cette observation aurait mérité la nuance plutôt que l’affirmation d’une causalité directe.
Je vous rejoins sur votre conclusion : il faut « résister » aux excès du modèle alimentaire américain. Eduquer, valoriser la cuisine, les bonnes habitudes alimentaires, c’est sans doute plus profitable que d’entrer « en guerre » contre les aliments.
P. Reiser, Centre de documentation du sucre, Paris

PUB
A lire aussi
Sucres naturels : des alternatives au sucre blanc Mis à jour le 29/07/2013 - 05h22

Demerara ? Rapadura ? Kitul ? Si vous connaissez ces termes exotiques, c’est que vous vous êtes déjà penché(e) sur les alternatives naturelles au sucre blanc, cet ennemi si doux. Calories, index glycémique, goût, pouvoir sucrant... le point sur les s...

Sucre ou gras : qu'est-ce qui fait le plus grossir ? Publié le 05/12/2013 - 17h22

Tour à tour, nous accusons le gras et le sucre d’être responsables de la progression de la prise de poids et de l’ obésité . Il faut dire que notre consommation de matières grasses a fortement augmenté au cours des dernières décennies, tout comme cel...

Par quoi je remplace le sucre ? Publié le 27/11/2013 - 19h03

Je ne veux plus utiliser de sucre , je n'aime pas les édulcorants chimiques, je trouve qu'ils donnent un drôle de goût à mon café et je ne peux pas m'en servir pour des gâteaux. Par quoi puis-je remplacer le sucre ?

Plus d'articles