Évanouissement

Il existe plusieurs types d'évanouissements, mais les plus fréquents sont les suivants :
Évanouissement vagal (de type commun)

  • le plus fréquent de tous ;
  • s'accompagne d'un relâchement musculaire et d'une pâleur du visage ;
  • souvent précédé, pendant une ou deux minutes, d'une sensation de chaleur, d'étourdissements, de faiblesse, de sudation et d'un flou visuel.
Évanouissement d'origine cardiaque
  • peut être précédé de palpitations ou de douleurs thoraciques ;
  • souvent accompagné de sudation et d'une pâleur du visage ;
  • peut se manifester par de brèves convulsions (secousses rythmées d'une ou de plusieurs parties du corps) lorsque la personne n'est pas allongée.
Évanouissement secondaire à une crise d'épilepsie
  • peut survenir sans aucun avertissement ou être précédé d'une aura (hallucinations visuelles, auditives ou olfactives), d'engourdissements ou de convulsions ;
  • s'accompagne, dans la plupart des cas, de convulsions et d'une raideur généralisée qui durent de 30 à 60 secondes, d'une révulsion des yeux, d'une rougeur ou d'une coloration bleutée du visage, d'écume à la bouche, d'une morsure de la langue et d'un relâchement des sphincters (perte d'urine).
Évanouissement secondaire à une baisse de tension (hypotension orthostatique)
  • ne survient que lorsque la personne est en position debout, surtout le matin ou la nuit, par exemple lorsqu'elle se lève pour aller aux toilettes ;
  • peut être précédé pendant quelques secondes d'étourdissements et d'une vision trouble.
Évanouissement secondaire à l'accouchement, la toux ou la défécation
  • plutôt rare ;
  • ne dure en général que quelques secondes.

Évanouissement vagal

  • émotion forte, douleur intense, chaleur, station debout prolongée, stress, faim, fatigue et consommation d'alcool ;
  • migraine classique, dans de rares cas.
Évanouissement d'origine cardiaque
  • arythmie ou infarctus. L'évanouissement peut survenir pendant ou après un effort physique ou encore de façon spontanée.
Évanouissement secondaire à une crise d'épilepsie
  • trouble neurologique. La crise survient habituellement spontanément, mais peut être déclenchée, à l'occasion, par une stimulation lumineuse fluctuante ;
  • sevrage de certains médicaments et de l'alcool.
Évanouissement secondaire à une baisse de tension (hypotension orthostatique)
  • médicaments. Il s'observe surtout chez les personnes âgées prenant de nombreux médicaments, dont certains antidépresseurs, antihypertenseurs ou antiparkinsoniens ;
  • diabète ou polynévrite.
Évanouissement secondaire à l'accouchement, la toux ou la défécation
  • causes précises incertaines. On pense que la pression thoracique aggravée par l'effort respiratoire (Valsalva) pourrait entraîner un évanouissement en réduisant le retour sanguin vers le coeur.

  • Ne pas maintenir la personne en position debout ou assise. Allongez-la plutôt sur le sol.
  • Ne rien faire avaler à quelqu'un qui vient de s'évanouir. Tant que la personne est inconsciente, ne lui donnez rien par la bouche, comme, par exemple, des liquides, des médicaments ou de la nitroglycérine. Si elle a des convulsions, n'introduisez rien dans sa bouche (doigts, objets, crayon, etc).
  • Ne pas se relever trop vite. Il faut attendre d'être bien rétabli.
  • Ne pas chercher l'endroit idéal où s'allonger. Si vous êtes victime d'un évanouissement, vous ne disposez que de quelques secondes avant de perdre connaissance. Il est conseillé de vous allonger tout de suite par terre à l'endroit où vous vous trouvez.
  • Éviter de respirer trop vite et trop fort. Vous risquez ainsi d'hyperventiler. Respirez plutôt normalement.
  • Éviter la station debout prolongée, la chaleur, la déshydratation et les boissons alcoolisées. Ces mesures préventives peuvent être utiles aux gens qui ont des pertes de connaissance fréquentes.
  • Savoir quoi faire pour quelqu'un d'autre. Si vous êtes témoin d'un évanouissement, placez, si possible, la personne sur le dos et surélevez ses jambes. Pour l'aider à retrouver ses esprits, vous pouvez appliquer une serviette d'eau froide sur son front. Si elle ne se réveille pas rapidement, vérifiez sa respiration et son pouls et pratiquez éventuellement les techniques de réanimation cardiorespiratoire (CPR). Si elle a des vomissements ou des sécrétions abondantes, tournez sa tête sur le côté. Si elle a des convulsions, protégez sa tête et tentez de tourner son corps sur le côté.
  • Appeler le 112. Il s'agit d'un cas d'urgence si la personne ne se réveille pas dans les deux à trois minutes qui suivent, si elle a des convulsions, des évanouissements à répétition, des douleurs dans la poitrine, une paralysie d'un côté du corps ou un mal de tête intense.
  • Pour aider à prévenir l'évanouissement secondaire à une baisse de tension (hypotension orthostatique. Il importe que la personne aux prises avec ce type de problème reste assise sur le bord de son lit pendant une à deux minutes, le matin, lorsqu'elle se réveille et qu'elle se lève lentement.

  • Vous venez de perdre connaissance.
  • Vous avez subi un traumatisme récent (dans les 48 heures), vous avez des convulsions, vous êtes victime d'évanouissements prolongés ou à répétition, vous souffrez de douleurs dans la poitrine ou d'un mal de tête intense ou encore vous êtes paralysé : consultez rapidement un médecin, c'est une urgence.

Dans le cabinet du médecin Afin de déterminer la cause de l'évanouissement, le médecin cherchera à obtenir des renseignements sur les événements qui ont eu lieu avant, pendant et après l'évanouissement. Pour plus de précisions, il est nécessaire qu'un témoin soit présent pendant l'entrevue. Lors de la rencontre avec le médecin, la personne doit apporter tous ses médicaments et tous les documents résumant son état de santé. Le type d'examen à effectuer ainsi que l'étendue de l'investigation dépendent des causes possibles, de l'âge de la personne et de ses antécédents médicaux. Le médecin fera également certaines recommandations au patient en ce qui concerne son emploi et la conduite automobile. À l'urgence Le médecin tentera d'abord de stabiliser l'état du patient et d'éliminer les causes graves d'évanouissement (p. ex. arythmie, infarctus). Il procédera à un examen physique, cardiaque ou neurologique complet. Il pourra également évaluer l'activité cardiaque, vérifier la tension artérielle, demander des analyses sanguines, un électrocardiogramme ou un électroencéphalogramme. Selon les circonstances, on administrera de l'oxygène et on installera une voie veineuse. Si la cause n'est pas évidente, si l'on soupçonne une cause grave ou si des examens plus approfondis s'avèrent nécessaires, le patient devra être hospitalisé.

  • Évanouissement vagal (de type commun) Il pose rarement problème. Dans certains cas rares, des médicaments, tels que les bêtabloquants, peuvent être prescrits.

  • Évanouissement d'origine cardiaque L'arythmie peut être traitée par certains médicaments ou par la pose d'un stimulateur cardiaque (pacemaker).

  • Évanouissement secondaire à une crise d'épilepsie On le traite au moyen d'agents antiépileptiques.

  • Évanouissement secondaire à une baisse de tension (hypotension orthostatique) On pourra le prévenir en vérifiant le traitement médicamenteux du patient, en élevant la tête du lit de 15 cm (il faut mettre des planches ou des briques, par exemple, sous les pieds de la tête du lit pour obtenir une élévation égale et efficace) et en ajoutant du sel dans l'alimentation.
publié initialement le 31/05/2001 - 02h00 et mise à jour par Dr François Grand'Maison le 01/08/2005 - 02h00 Guide familial des symptômes sous la direction du Dr André H. Dandavino - Copyright Rogers Media, 2005
Vous devez être connecté à votre compte E-Santé afin de laisser un commentaire
panamixx

tous les jours,je suis en etat de vertige,en plus si je continue à marcher ou travaliller long temps,l'évanouissement apparait,que dois-je faire?

PUB
A lire aussi
Que faire quand quelqu'un perd connaissance ? Publié le 26/04/2016 - 09h58

Que feriez-vous si vous vous retrouviez face à une personne qui perd connaissance, qui s’écroule, inanimée sur le sol ? Sachez que par définition, une personne qui a perdu connaissance reste allongée, sans bouger, et ne réagit pas à la parole ni au t...

Les leçons du malaise Sarkozy Publié le 03/08/2009 - 02h00

Que retenir du malaise dont a été victime notre Président Nicolas Sarkozy ? Il faut savoir lever le pied ! Travailler jusqu'à plus d'heures, suivre un régime draconien et courir une heure trois fois par semaine, est un rythme difficile à suivre, même...

Perte de connaissance : on peut souvent l'éviter Mis à jour le 24/04/2006 - 02h00

La perte de connaissance ou syncope vasovagale est bénigne et souvent précédée de malaises annonciateurs. Ceux qui en souffrent trouvent cela très pénible. Ils doivent savoir que certaines manoeuvres, à effectuer dès le début du malaise , permettent...

Syncope vagale, rien de grave Mis à jour le 08/10/2002 - 02h00

En fonction de leur origine, toutes les syncopes ne sont pas dangereuses. Ainsi, si le malaise cardiaque accroît le risque ultérieur d'infarctus, ce n'est pas le cas des syncopes vagales.

Plus d'articles