Contre le psoriasis : des médicaments d'exception

Contre le psoriasis : des médicaments d'exception

Les patients atteints d'une forme modérée à sévère de psoriasis peuvent bénéficier de médicaments puissants comme l'Etanercept (Enbrel®). Après la polyarthrite rhumatoïde, la spondylarthrite et le rhumatisme psoriasique, ce dernier a fait la preuve de son efficacité et de sa bonne tolérance dans le psoriasis en plaques.

Le psoriasis, une maladie de la peau fréquente

Le psoriasis est une maladie cutanée fréquente, touchant 2% de la population. Le psoriasis se caractérise par la formation de plaques rouges recouvertes de squames. Si les lésions ne sont pas graves, elles sont invalidantes, non seulement sur le plan physique, mais aussi sur le plan psychosocial. Jusqu'à ces dernières années, les seuls traitements disponibles étaient limités. Ils présentent une toxicité cumulée, une efficacité transitoire et insuffisante, et induisent des effets indésirables. Les contre-indications sont également nombreuses, surtout chez ces sujets qui ont souvent des pathologies associées : obésité, diabète, hypertension artérielle, insuffisance cardiaque, tabagisme, alcoolisme et dépression.

De puissants médicaments contre le psoriasis modéré à sévère

Dans ce contexte, l'Etanercept (Enbrel®), a fait la preuve de son efficacité dans le psoriasis, devrait améliorer la qualité de vie des patients. Ce médicament dit d'exception est aujourd'hui indiqué chez les sujets souffrant d'un psoriasis modéré à sévère, en cas d'échec, de contre-indication ou d'intolérance aux autres traitements. Les études cliniques ont montré que la moitié des patients traités présente une amélioration d'au moins 78% de leur score de sévérité de la maladie. Cette efficacité importante s'accompagne d'une meilleure qualité de vie. Les bénéfices ont été évalués à la douzième semaine de traitement, lequel consistait en deux injections sous-cutanées par semaine. Les effets se manifestent dès la deuxième semaine et se poursuivent au-delà du troisième mois, avec un gain additionnel si le traitement est instauré pendant trois mois supplémentaires.

Mis à jour par Isabelle Eustache le 01/03/2011
Créé initialement par Isabelle Eustache le 02/08/2005
Cet article n'a pas fait l'objet de révision depuis cette date. Il figure dans le planning de mises à jour de la rédaction.

Sources :

Rodgers M, et coll., Health Technol Assess. 2011 Feb;15(10):1-329 ; Conférence de presse des laboratoires Wyeth, juillet 2005.

Banque de données Médicaments Claude Bernard

Trouvez-vous cet article intéressant ?
 

en savoir plus