Arrêt du tabac : comment prévenir la prise de poids ?

Arrêt du tabac : comment prévenir la prise de poids ?

Fumer augmente les dépenses énergétiques. C’est ainsi que fumer fait perdre du poids et la prise pondérale qui suit l'arrêt du tabac n'est en général qu'un rattrapage, qui n'est d'ailleurs pas inéluctable...

Comment prévenir la prise de poids à l'arrêt du tabac ?

Le fumeur est en sous-poids, qu'il rattrape à l'arrêt du tabac

L’organisme du fumeur dépense plus d’énergie qu’un non fumeur. Il est donc en sous-poids et veut généralement le conserver lorsqu'il décide d'arrêter de fumer.

La prise de poids à l'arrêt du tabagisme est en moyenne de 2,8 kg chez les hommes et de 3,8 kg chez les femmes.
Toutefois, nombre d'ex-fumeurs prennent davantage, et inversement, nombre d'ex-fumeurs n'en prennent pas, voire en perdent.

Tabac et poids : les choix alimentaires particuliers des fumeurs

L'alimentation du fumeur est différente d'un non-fumeur
Et les choix alimentaires du fumeur augmentent l'effet délétère des composants de la fumée sur les risques de maladies cardiovasculaires et de cancers...
Globalement, les fumeurs consomment davantage de calories que les non-fumeurs, de lipides saturés, de cholestérol et d'alcool.
En revanche, ils consomment moins de lipides polyinsaturés, type oméga-3, lesquels sont bénéfiques pour la santé, de fibres, de vitamine C, de vitamine E et de bêta-carotène.

Plus de muscles chez les fumeurs
La nicotine a des répercussions hormonales favorisant la protéogenèse. Autrement dit, la masse musculaire des fumeurs est plus importante et ils manifestent un besoin accru en protéines. Le fumeur a donc un appétit spécifique pour les protéines et donc la viande.

Fumeur, alimentation et risques cardiovasculaires
Si la viande est la source principale de protéines, elle apporte également quantité de lipides saturés.
De plus, souffrant d'une perte du goût et de l'odorat, le fumeur les mange bien en sauce et y ajoute du sel pour favoriser la sortie des arômes. C’est ainsi qu’un fumeur consomme deux fois plus de sel qu'un non-fumeur !
Egalement à mettre sur le compte de la diminution de sa sensibilité olfacto-gustative, le fumeur mange peu de légumes et de fruits, qu'il trouve sans goût, sans saveur. Son régime spontané est donc riche en graisses saturées et en sel, et pauvre en fibres et en micronutriments.
Celui-ci contribue à la prévalence des maladies cardiovasculaires et de certains cancers.
Le fumeur est également un sur-consommateur d'alcool, en partie à l'origine d'une augmentation des prises énergétiques.
Et enfin, le fumeur consomme plus de café et de thé, qu'il sucre davantage que les autres. En fait, il élimine deux fois plus vite la caféine.

Mis à jour par Isabelle Eustache le 26/09/2014
Créé initialement par Isabelle Eustache le 16/08/2005

Sources : Stop-tabac.ch. Henri-Jean Aubin, et al., BMJ 2012; 345 doi: http://dx.doi.org/10.1136/bmj.e4439.

Trouvez-vous cet article intéressant ?