Arrêt du tabac : comment prévenir la prise de poids ?

Mise à jour par Isabelle Eustache, journaliste santé le 26/09/2014 - 16h18
-A +A

Fumer fait perdre du poids et la prise pondérale qui suit l'arrêt du tabac n'est en général qu'un rattrapage, qui n'est d'ailleurs pas inéluctable... Comment prévenir la prise de poids à l'arrêt du tabac ?

PUB

Le fumeur est en sous-poids, qu'il rattrape à l'arrêt du tabac

L’organisme du fumeur dépense plus d’énergie qu’un non fumeur. Il est donc en sous-poids et veut généralement le conserver lorsqu'il décide d'arrêter de fumer.

La prise de poids à l'arrêt du tabagisme est en moyenne de 2,8 kg chez les hommes et de 3,8 kg chez les femmes.
Toutefois, nombre d'ex-fumeurs prennent davantage, et inversement, nombre d'ex-fumeurs n'en prennent pas, voire en perdent.

Tabac et poids : les choix alimentaires particuliers des fumeurs

L'alimentation du fumeur est différente d'un non-fumeur
Et les choix alimentaires du fumeur augmentent l'effet délétère des composants de la fumée sur les risques de maladies cardiovasculaires et de cancers...
Globalement, les fumeurs consomment davantage de calories que les non-fumeurs, de lipides saturés, de cholestérol et d'alcool.
En revanche, ils consomment moins de lipides polyinsaturés, type oméga-3, lesquels sont bénéfiques pour la santé, de fibres, de vitamine C, de vitamine E et de bêta-carotène.

Plus de muscles chez les fumeurs
La nicotine a des répercussions hormonales favorisant la protéogenèse. Autrement dit, la masse musculaire des fumeurs est plus importante et ils manifestent un besoin accru en protéines. Le fumeur a donc un appétit spécifique pour les protéines et donc la viande.

Fumeur, alimentation et risques cardiovasculaires
Si la viande est la source principale de protéines, elle apporte également quantité de lipides saturés.
De plus, souffrant d'une perte du goût et de l'odorat, le fumeur les mange bien en sauce et y ajoute du sel pour favoriser la sortie des arômes. C’est ainsi qu’un fumeur consomme deux fois plus de sel qu'un non-fumeur !
Egalement à mettre sur le compte de la diminution de sa sensibilité olfacto-gustative, le fumeur mange peu de légumes et de fruits, qu'il trouve sans goût, sans saveur. Son régime spontané est donc riche en graisses saturées et en sel, et pauvre en fibres et en micronutriments.
Celui-ci contribue à la prévalence des maladies cardiovasculaires et de certains cancers.
Le fumeur est également un sur-consommateur d'alcool, en partie à l'origine d'une augmentation des prises énergétiques.
Et enfin, le fumeur consomme plus de café et de thé, qu'il sucre davantage que les autres. En fait, il élimine deux fois plus vite la caféine.

Initialement publié le 16/08/2005 - 02h00 et mis à jour par Isabelle Eustache, journaliste santé le 26/09/2014 - 16h18
Notez cet article
Vous devez être connecté à votre compte E-Santé afin de laisser un commentaire
audreyanouk

j ai arrete de fumer il y a deux mois
je fumais un paquet par jour voire deux ou trois si je sortais et buvais;
le plus dur a passer sont les prmieres semaines apres ca va bcp mieux.
il faut pas hesiter a prendre des patchs
j ai essaye ttes les techniques et c ets la seule qui a marche pour moi.
en revanche laprise depoids est bien la
jai pris 5 kilos.. il faiut faire attention a ca
car ca peut etre deprimant de prendre du poids lors meme qu on fait des efforts pour son bien etre physique
surveillez son alimentation et eviter le sucre en fait moi qui n aimais pas le sucre et ne prenais jamais de dessert j ai subitement eu tres envie de dessert le jouro u j ia arrete de fumer.
bon courage a tos
on se sent tellement moeux apres
ca vaut vraiment le coup!!

PUB
A lire aussi
Substituts nicotiniques : finie la langue de bois Publié le 22/10/2010 - 12h33

Un nombre important d'idées reçues circulent autour des substituts nicotiniques . Elles peuvent représenter un frein à la motivation, à la décision de l'arrêt et à la réussite du sevrage. Afin de bousculer les dernières rumeurs, nous avons posé quelq...

Arrêt du tabac : difficile mais pas impossible ! Mis à jour le 18/12/2002 - 01h00

Les fumeurs savent aujourd'hui que fumer est dangereux. Mais ils sont nombreux à ne pas (vouloir) connaître les vrais chiffres de la mortalité imputable au tabagisme : 4 millions de morts par an dans le monde, 60.000 rien qu'en France ! Enfin, 50% de...

Plus d'articles