Après 65 ans, le diabète est un facteur de risque de fractures chez la femme

Publié par Dr Stéphanie Lehmann, gérontologue le Lundi 26 Mars 2001 : 02h00
-A +A
L'ostéoporose est une cause majeure de fracture chez la femme ménopausée. Mais quand le diabète se surajoute à l'âge, les risques de fractures du col fémoral, du pied et du poignet augmentent de façon significative.

L'impact éventuel du diabète de type 2 (DNID ou Diabète Non Insulino Dépendant) sur le risque de fractures ostéoporosiques a été recherché dans le cadre d'une grande étude portant sur près de 9600 femmes âgées de plus de 65 ans, dont 7% d'entre-elles présentaient un DNID depuis l'âge de 40 ans.

Au total, au cours de l'enquête qui a duré en moyenne 9 ans et demi, un peu plus d'un tiers des sujets ont présenté au moins une fracture non vertébrale et 4% au moins une fracture vertébral (suivi moyen d'environ 4 ans).Cependant, les analyses montrent que les fractures du col fémoral et du poignet sont plus fréquentes chez les femmes présentant un DNID que chez les femmes non diabétiques, à âge, index de masse corporelle et densité osseuse égale.De même, une personne diabétique traitée par insuline a deux fois plus de risque de se fracturer le pied qu'un sujet DNID.

Le diabète de type 2 évolue vers des complications chroniques bien connues avec notamment une atteinte des artères de gros calibre (artères coronaires, artères des membres inférieurs, artères cérébrales) de petit calibre (artères de la rétine, des reins), et du système nerveux (pied diabétique). Au vu des résultats de cette étude récente, on peut maintenant considérer le DNID comme facteur de risque de fracture du poignet, du col fémoral, et du pied chez les femmes de plus de 65 ans.Une surveillance attentive et des apports suffisants en calcium (principal facteur préventif de l'ostéoporose) sont donc indispensable.

Publié par Dr Stéphanie Lehmann, gérontologue le Lundi 26 Mars 2001 : 02h00
Source : Scwartz AV. J Clin Endocrinol. Metab. 2001 ; 86 : 32-38. Nelson DA et Jacober SJ. J. Clin. Endocrinol. Metab. 2001 ; 86 : 29-31.
A lire aussi
Le diagnostic précoce de l'ostéoporose est une priorité Publié le 22/01/2001 - 00h00

L'ostéoporose est une affection caractérisée par une fragilisation des os, touchant particulièrement les femmes après la ménopause. Cette fragilité osseuse, liée à une diminution de la masse osseuse, entraîne un risque accru de fractures, avec leurs conséquences médicales et...

Ostéoporose : lutter contre l'indifférence Publié le 13/10/2003 - 00h00

Chaque année en France, plus de 130.000 fractures sont liées à une ostéoporose (et dans le monde, il se produit une fracture toutes les 20 secondes…). Avec l'allongement de la durée de vie, ce chiffre devrait doubler d'ici 2040. Il est aujourd'hui essentiel de ne plus considérer la survenue...

L'ostéoporose, une maladie négligée par les pouvoirs publics ! Publié le 21/05/2001 - 00h00

Par rapport aux autres maladies, médecins, patients et responsables politiques, négligent cette affection particulièrement répandue qu'est l'ostéoporose. Ce constat vient d'être présenté par la Fondation Internationale contre l'Ostéoporose lors de son premier symposium national sur le...

Ostéoporose : efficacité confirmée du ranélate de strontium Publié le 07/05/2007 - 00h00

Le ranélate de strontium est un médicament récent dont les effets préventifs vis-à-vis de l'ostéoporose sont très puissants. Il diminue de 45% le risque de première fracture vertébrale et de 32% le risque de fracture périphérique (poignet, fémur). Il est également efficace quel que soit...

Plus d'articles