Allergie : mieux connaître la désensibilisation

Publié par Jacqueline tarkiel le Lundi 23 Mars 2009 : 01h00
Mis à jour le Lundi 16 Mai 2011 : 12h09
-A +A

Le principe de la désensibilisation consiste à inoculer à petites doses l'allergène responsable des phénomènes d'irritation, de rhinite chronique ou saisonnière, de facon à ce que l'organisme s'immunise de lui-même. C'est une sorte de vaccination. Petit à petit notre corps apprend à supporter l'intrus.

Désensilisation : comment ça marche ?

La désensibilisation consiste donc à administrer des doses, au départ infinitésimales, de l'allergène responsable (qu'on a au préalable identifié au moyen de tests cutanés et sanguins). Au fur et à mesure du traitement qui s'étend sur plusieurs mois, on augmente la dose. Puis suit une phase, au cours de laquelle on ne dépassera pas la dose maximale tolérée pour le patient. Cette dose identique va alors être administrée à intervalles réguliers.

Progrès dans cette immunisation : les injections par piqûres peuvent être remplacées par des gouttes sous la langue. Nettement plus agréable !

Mais si les injections sont hebdomadaires et se font chez l'allergologue, la prise par voie orale doit être quotidienne, le matin à jeun. Avec le système sublingual, on arrive en quinze jours, à atteindre la dose maximale qui sera alors poursuivie en phase d'entretien.

Mais attention : la désensibilisation aux venins ne se fait pas par voie sublinguale.

Combien de temps dure une désensibilisation ?

Cela dépend de chaque patient. Mais il faut compter en moyenne de trois à cinq ans pour des résultats notoires. Dans la phase initiale, pendant un trimestre environ, on augmente les doses. Puis lui succède la phase d'entretien.

La désensibilisation soigne-t-elle toutes les allergies ?

Trois à cinq ans, c'est long ! Il faut donc que le jeu en vaille la chandelle. Après avoir clairement identifié l'allergène responsable, et parce que le patient est très handicapé par ses symptômes, parce que sa maladie s'aggrave, voire dégénère en asthme, on envisage la désensibilisation. Acariens et pollens font l'objet d'une désensibilisation efficace, avec un taux de réussite de 70 % tandis que les venins d'hyménoptères (guêpes, abeilles) marchent à plus de 90 %. Une limite cependant : lorsqu'on est allergique à plusieurs allergènes, la désensibilisation devient moins efficace. Plus on multiplie les causes d'allergies, plus il est difficile de se faire désensibiliser.

Publié par Jacqueline tarkiel le Lundi 23 Mars 2009 : 01h00
Mis à jour le Lundi 16 Mai 2011 : 12h09
Source : Côté Santé, mars 2009.
A lire aussi
Allergies respiratoires, pensez à l’immunothérapie ! Publié le 05/04/2016 - 14h14

On entend de plus en plus souvent parler d’immunothérapie, dans le cancer, les maladies auto-immunes et même l’athérosclérose mais aussi dans les allergies en oubliant que c’est dans ce domaine qu’elle a émergé. Aujourd’hui, l’immunothérapie allergénique ou "désensibilisation",...

Plus d'articles