Allergie : faites appel à un conseiller en environnement intérieur

Publié par Isabelle Eustache, journaliste santé le Lundi 07 Juillet 2008 : 02h00
Mis à jour le Mardi 22 Septembre 2015 : 16h15
-A +A

Un conseiller en environnement intérieur ne va pas relooker votre intérieur. En revanche, après un audit de la qualité de l'air de votre habitat, il peut vous donner des conseils personnalisés pour limiter, voire évincer les allergènes.

Votre santé est liée à la qualité de l'air de votre habitat

Il existe un lien très fort entre la qualité de l'air de notre habitat et notre santé. Parallèlement, les personnes allergiques, et particulièrement les asthmatiques, sont très sensibles à la pollution intérieure et à la présence de différents types d'allergènes. Or ceux-ci ne sont pas faciles à éliminer, expliquant le nombre croissant de personnes allergiques d'une part et le fait que les allergiques sont de plus en plus souvent mal contrôlés d'autre part (leur traitement n'est pas suffisant pour faire disparaître les symptômes). C'est à partir de ce type de constat qu'une nouvelle profession s'est développée il y a une quinzaine d'années : les conseillers médicaux en environnement intérieur.

Dotés d'une double formation (ingénieur en habitat et professionnel de santé), de tels conseillers se déplacent au domicile du patient allergique pour réaliser un audit de la qualité de l'air de leur environnement et prodiguer des conseils personnalisés pour évincer les allergènes comme les acariens. Ce type d'expertise permet d'obtenir des taux d'éviction des allergènes plus importants, ce qui se répercute clairement sur la santé des allergiques avec concrètement une diminution du nombre des visites en urgence pour crise d'asthme et une prise médicamenteuse en baisse.

En pratique : la visite du conseiller médical en environnement intérieur

Le conseiller en environnement intérieur agit sur prescription médicale, idéalement après un bilan allergologique. Il procède à une visite complète de l'habitat (1 à 2 heures) afin de détecter tous les facteurs déclenchants et aggravants de la maladie asthmatique. De nombreux polluants chimiques, physiques et biologiques potentialisent les maladies respiratoires. Ils ont pour origine l'air extérieur, les matériaux (sol, mur, plafond, mobilier, menuiserie), les appareils de combustion (chauffage) et les activités humaines. On peut ainsi retrouver des acariens, des blattes, des allergènes d'animaux domestiques, des moisissures, des polluants chimiques (COV ou composés organiques volatiles, formaldéhydes...), etc. Des dosages sont parfois nécessaires pour les mettre en évidence ou déterminer précisément l'importance de leur impact.

A partir de toutes ces données, il est possible de formuler des mesures de réduction des allergènes responsables de l'allergie afin d'améliorer la qualité de vie. Un compte rendu est également envoyé au médecin traitant et un suivi téléphonique est réalisé 3 à 6 mois plus tard.

Publié par Isabelle Eustache, journaliste santé le Lundi 07 Juillet 2008 : 02h00
Mis à jour le Mardi 22 Septembre 2015 : 16h15
Source : Site des conseillers médicaux en environnement intérieur (cmei.france.free.fr) ; Association Asthme & Allergie (www.asthme-allergies.org).