Allergie croisée : pollens et aliments

Publié par Isabelle Eustache, journaliste santé le Lundi 22 Mai 2006 : 02h00
Mis à jour le Lundi 24 Avril 2017 : 15h58
-A +A

L'allergie croisée, bien qu'en constante augmentation, reste peu connue. Si certaines sont intuitives comme une allergie croisée à deux pollens ou à deux aliments d'origine proche, d'autres sont plus surprenantes. C'est notamment le cas de l'allergie croisée pollens et aliments.

L'allergie est de plus en plus fréquente

Peu importe la théorie retenue, hygiéniste (le système immunitaire des enfants n'est pas assez stimulé par les infections banales) ou pollution (augmentation des particules), les allergies augmentent et avec elles les maladies qui traduisent une allergie telle que l'asthme et la rhinite.

Allergie croisée : pollens et aliments

Parallèlement, les allergies croisées augmentent elles aussi et concerneraient plus de 2% de la population. Certaines sont facilement explicables car les deux allergènes ont une origine très proche comme l'allergie croisée à deux types de pollens ou à deux types d'acariens ou encore aux chats et aux lions du cirque. En revanche, d'autres sont plus surprenantes, comme l'allergie croisée aux pollens et aux aliments.

Les allergies croisées entre pollens et fruits ou légumes sont les plus fréquentes, comme par exemple l'allergie aux pollens de bouleau et aux pommes ou aux fruits à noyaux, l'allergie aux pollens armoise/ambroisie et au céleri ou aux épices ou encore l'allergie aux pollens de graminées et à la tomate ou à la pomme de terre.

On considère que les personnes allergiques aux pollens présentent deux à trois fois plus fréquemment une allergie alimentaire que la population générale. Le plus souvent, c'est l'allergie aux pollens qui se manifeste en premier.

Généralement décalées dans le temps, les allergies croisées sont cependant imprévisibles.

La réaction à l'allergie croisée se manifeste souvent de manière bénigne par des picotements dans la bouche et la gorge, et passe souvent inaperçue. Les symptômes peuvent néanmoins être plus sévères : œdème, conjonctivite, rhinite, asthme, etc.

Publié par Isabelle Eustache, journaliste santé le Lundi 22 Mai 2006 : 02h00
Mis à jour le Lundi 24 Avril 2017 : 15h58
Source : Panorama du médecin, n°5018, mai 2006 ; www.allergienet.com.