Vitamine D : le dosage est-il utile ?

Publié le 06 Novembre 2013 | Mis à jour le 06 Novembre 2013 par Rédaction E-sante.fr
© Istock

Les prescriptions de dosage sanguin de la vitamine D ont explosé au cours des dernières années.

Face au coût que cela représente pour la société, la Haute autorité de santé (HAS) a demandé que l’on évalue l’utilité de cet examen et que l’on identifie plus précisément les indications.

PUB

Explosion des dosages de la vitamine D

Les études montrant une association entre carence en vitamine D et certaines maladies se sont fortement multipliées au cours des dernières années. Résultat, le nombre de dosages de la vitamine D (25 OH) effectués dans les laboratoires d’analyses médicales sur prescription des médecins a augmenté de 250 % et a été multiplié par 10 depuis 2005. C’est ainsi qu’en 2011, la part remboursée par l’Assurance maladie pour cet acte s’est élevée à 92 millions d’euros.

La HAS a jugé opportun de demander une réévaluation de l’utilité clinique de cet examen pour prévenir, suivre ou traiter certaines pathologies éventuellement associées à cette vitamine D.

PUB

Les indications du dosage de la vitamine D sont très limitées

Selon le rapport de la HAS « doser la vitamine D ne présente aucune utilité démontrée dans un grand nombre de situations cliniques ».

Les seules indications retenues sont les suivantes :

PUB
  • Diagnostic de rachitisme et d’ostéomalacie.
  • Mentions des autorisations de mise sur le marché (AMM) des médicaments de l’ostéoporose.
  • Certaines situations particulières : personnes âgées faisant des chutes répétées, suivi ambulatoire de l’adulte transplanté rénal au-delà de 3 mois après transplantation, traitement chirurgical de l’obésité chez l’adulte.

Autrement dit, les autres situations cliniques pour lesquelles est actuellement demandé un dosage de la vitamine ne sont pas justifiées : chute, performance fonctionnelle, performances cognitives, cancer colorectal, cancer du sein, cancer de la prostate, hypertension artérielle, maladies cardiovasculaires, allergie, maladies auto-immunes, diabète de type II, maladie rénale chronique, grossesse, maladies infectieuses, désordre des lipidiques sanguins, mucoviscidose.

Et même concernant les personnes âgées à risque de fracture, le dosage systématique de la vitamine D ne semble pas apporter d’intérêt au vu des données actuellement disponibles.

Rappelons que cette vitamine est une hormone fabriquée par l'organisme à partir d'un dérivé du cholestérol au niveau de la peau lors des expositions aux UV et qu’elle joue un rôle majeur dans la croissance et la minéralisation osseuse.

Source : Communiqué de presse de la Haute autorité de santé (HAS), 30 octobre 2013, http://www.has-sante.fr/portail/jcms/c_1670152/fr/la-has-ne-reconnait-pas-dutilite-au-dosage-de-vitamine-d-en-routine.
PUB
Contenus sponsorisés