La vérité sur la cigarette électronique
Publié le 08 Octobre 2013 par Carolina Gelitti, journaliste

La nicotine n’est pas dangereuse pour la santé des fumeurs

Mais il reste bien de la nicotine dans les liquides des e-cigarettes, et ce produit est une drogue, non ?

Heureusement qu’il reste de la nicotine dans les e-cigarettes, répond le Dr Mathern, car c’est grâce à elle que les fumeurs quittent le tabac sans trop souffrir. Il faut bien comprendre que la nicotine est sans danger pour la santé d’un fumeur : elle ne donne ni infarctus, ni cancer.

Cela fait plus de 20 ans que nous prescrivons des substituts nicotiniques pour aider les fumeurs à quitter le tabac et nous avons un très long recul pour soutenir nos affirmations.

En revanche la nicotine est bien addictive. Mais si on peut parler d’addiction avec la cigarette conventionnelle, ce n’est plus le cas avec la e-cigarette précise le Pr Etter. On parle d’addiction quand on ne peut plus se passer d’un produit qui détruit la santé et la vie sociale de l’utilisateur. C’est le cas du tabac qui vous tue, vous ruine et vous isole, alors que ce n’est pas le cas de la e-cigarette qui vous sauve, vous fait faire des économies et ne vous désocialise pas. J’irais jusqu’à dire que la question de fond est de savoir si dans notre société nous sommes capables d’envisager l’arrivée d’un nouveau produit récréatif. C’est bien un problème moral, ajoute le Pr Etter, pas vraiment un problème de santé.

PUB
PUB

Il faut que la recherche soit ouverte à tous les acteurs

C’est l’une des raisons pour lesquelles le Pr Etter et le Dr Mathern n'étaient pas favorables au statut de médicament pour la cigarette électronique.

Leur livre est un plaidoyer pour que ceux qui ont inventé la e-cigarette puissent continuer leurs recherches. C’est tout l’enjeu du vote qui a lieu ce 8 octobre au Parlement européen.

Si la cigarette électronique était devenue exclusivement un médicament, alors seules les mégas industries, celles du tabac et celles du médicament, auraient pu suivre et financer les investissements nécessaires à l’enregistrement officiel de leurs produits. Et c’est ce qui se passe.

Aujourd’hui les seuls à avoir déposé des dossiers de mise sur le marché de leurs e-cigarettes sont des cigarettiers. Et cela fait hurler les vapoteurs qui ont milité hier devant le Parlement européen pour « La vapote libre ! » Le statut actuel en France n'est pas idéal mais il est acceptable, les e-liquides devenant des médicaments à partir de 20 g / ml de nicotine et restant des produits d’usage courant en dessous. Il faudrait idéalement augmenter la concentration de nicotine pour satisfaire les gros fumeurs. On pourrait le changer sans céder aux demandes des lobbies du tabac.

Source : La vérité sur la cigarette électronique, Jean-François Etter, Fayard 2013 (préface du Dr Gérard Mathern).
Le Pr Jean-François Etter est Chercheur à la Faculté de Médecine de l’Université de Genève, et le Dr Gérard Mathern est pneumologue et tabacologue.
La rédaction vous recommande sur Amazon :