La vérité sur la cigarette électronique

La vérité sur la cigarette électronique est le titre du dernier livre du Pr Jean-François Etter, l’un des experts internationaux les plus réputés en tabacologie.

Et ce livre arrive à point nommé pour démentir toutes les rumeurs qui ont couru contre la cigarette électronique depuis quelque temps.

Jean-François Etter confirme que la e-cigarette est infiniment moins dangereuse que la cigarette conventionnelle et qu’elle représente aujourd’hui une révolution pour aider les fumeurs à tourner la page du tabac.

C’est cette position que les députés européens ont suivi en s’opposant au statut exclusif de médicament : la cigarette électronique doit rester un produit libre disponible partout et pas uniquement en pharmacie, de manière à toucher un maximum de fumeurs.

Publicité

Selon le Pr Jean-François Etter et son préfacier, le Dr Gérard Mathern, avec la e-cigarette, on a éliminé 99,9 % des dangers du tabac.

Pourquoi ?

Tout simplement parce la technologie de la cigarette électronique ne fait pas appel à la combustion du tabac, mais à la production de vapeur. Or c’est la combustion du tabac qui produit les goudrons, responsables des cancers, ainsi que le monoxyde de carbone responsable des infarctus et des attaques cérébrales, et encore les particules fines responsables des broncho-pneumopathies chroniques obstructives (ou BPCO). À la place de cette fumée hautement toxique, la e-cigarette substitue de la vapeur générée grâce à du propylène glycol légèrement chauffé, ce produit inoffensif qu’on utilise dans les théâtres pour simuler de la fumée.

Publicité
Publicité

Un buzz négatif très préjudiciable

Mais que reste-t-il dans les 0,1 % demanderiez-vous ?

Des traces de produits toxiques, comme dans de très nombreux produits courants, mais à des niveaux si bas qu’ils ne mettent pas en danger la santé des fumeurs.

Par exemple dans les poissons et dans les eaux minérales, on trouve aussi des traces de métaux lourds. Et dans de très nombreux produits courants, on trouve des traces de formaldéhyde, d’acétaldéhyde ou d’acroléine.

Rien de bien inquiétant, surtout pour les fumeurs qui inhalaient auparavant la fumée du tabac, infiniment plus toxique.

Vapoter n’est pas fumer

Vapoter est donc infiniment moins dangereux que de fumer.

Mais en plus de cette quasi-innocuité, les auteurs affirment que la e-cigarette permet à de très nombreux fumeurs de quitter le tabac.

Les chiffres parlent d’eux-mêmes :

1,5 million de Français sont déjà devenus vapoteurs, de même que 7 millions d’Européens.

Les ventes de cigarettes ont chuté de 8 % depuis le début de l’année en France…

Quand on interviewe des vapoteurs, on entend souvent la même histoire :

« Je fumais depuis 10 ans, j’ai tout essayé, et voilà, cela fait un mois que j’ai acheté ma e-cigarette et je n’ai plus touché mon paquet de tabac. »

Les études d’observation montrent ainsi que près des ¾ des fumeurs qui deviennent des vapoteurs ne fument plus du tout. Les autres fument beaucoup moins, 3 à 5 cigarettes par jour.

Publié par Carolina Gelitti, journaliste le Mardi 08 Octobre 2013 : 09h38
Mis à jour le Mercredi 09 Octobre 2013 : 08h45
Source : La vérité sur la cigarette électronique, Jean-François Etter, Fayard 2013 (préface du Dr Gérard Mathern).
Le Pr Jean-François Etter est Chercheur à la Faculté de Médecine de l’Université de Genève, et le Dr Gérard Mathern est pneumologue et tabacologue.
La rédaction vous recommande sur Amazon :