Recul du tabagisme chez les jeunes Américains

Un baromètre américain vient de montrer chez les jeunes adolescents un recul léger du tabagisme. Ce recul est plus marqué parmi les jeunes garçons que parmi les jeunes filles. En revanche, chez les adultes de plus de 26 ans, la situation demeure inchangée. Les résultats portent sur l'année 2000. Un espoir donc et un encouragement pour ceux qui luttent contre ce fléau, en espérant que ces nouvelles pratiques vont traverser l'atlantique rapidement.
PUB

  • Durant cette année, 65,5 millions d'Américains de plus de 12 ans ont eu une consommation régulière de tabac: 55,7 millions étaient consommateurs de cigarettes (24,9% de la population générale), 10,7 millions étaient consommateurs de cigares (4,8%), 2,1 (1%) millions fumaient la pipe.

  • Parmi les adolescents de 12 à 17 ans mais aussi parmi les jeunes adultes de 18 à 25 ans, la consommation de cigarettes a reculé par rapport à l'année précédente. Ainsi, parmi les adolescents, la consommation de cigarettes au cours du mois écoulé est passée de 14,9% à 13,4%; chez les jeunes adultes, les chiffres sont respectivement de 39,7% et 38,3%. En revanche, parmi les adultes de plus de 26 ans, il n'y avait pas de recul significatif (24,9% en 1999 et 24,2% en 2000).

  • Parmi les Américains de plus de 12 ans, ce sont les garçons qui restent les plus nombreux à fumer: 26,9% versus 23,1% parmi les filles. A l'opposé, si l'on ne tient plus compte que des jeunes, ce sont les filles qui sont les plus nombreuses à fumer: 14,1% versus 12,8%. Un an plus tôt, les garçons de 12 à 17 ans étaient 14,8% à fumer régulièrement.

  • Parmi les jeunes fumeurs, ils sont près de deux sur trois (59,4%) à déclarer avoir acheté directement au moins un paquet de cigarettes au cours du mois écoulé. 65,2% de ces jeunes ont également déclaré qu'un proche majeur, ami ou membre de la famille, leur avait acheté au moins un paquet de cigarettes au cours du mois écoulé.

  • Les fumeurs de cigares sont moins nombreux: 4,8% contre 5,5% l'année précédente.
Publié par Dr Philippe Presles le Lundi 14 Janvier 2002 : 01h00