Varicelle : épidémie dans le Grand-Est

© Istock

Une épidémie de varicelle sévit actuellement dans la région Grand-Est, mais aussi les Pays-de-la-Loire. Une maladie extrêmement contagieuse qui pourrait bien gâcher le début des vacances. 

Publicité

Gare aux démangeaisons sur le chemin des vacances ! Elles pourraient être le signe d'une varicelle. La maladie connaît un regain de contagion au cours du mois de juillet 2018, notamment dans la région Grand-Est.

L'alerte a été émise par le réseau Sentinelles, l'organisme chargé de la veille des maladies infectieuses en France. Ses données mettent en évidence une forte progression du virus dans les départements du nord et de l'ouest de la région (Haut-Rhin, Bas-Rhin, Moselle, Meurthe-et-Moselle, Meuse, Ardennes, Marne et une partie des Vosges).

Ces zones concentrent chacune près de 40 cas pour 100 000 habitants. Les Vosges et l'Aube ne sont, quant à elles, touchées qu'en partie par la contagion. Seul le département de la Haute-Marne n'enregistre pas d'épidémie particulière de varicelle.

Publicité
Publicité

© Autre

Une maladie très contagieuse

Le réseau Sentinelles alerte sur d'autres foyers d'infection sur l'Hexagone. "Une activité forte", plus élevée que dans le Grand-Est, est observée en Pays de la Loire (75 cas pour 100 000 habitants). Les régions Hauts-de-France, Centre-Val de Loire et Bourgogne-Franche-Comté subissent quant à elle une épidémie "modérée".

La varicelle est une maladie infantile très contagieuse qui touche surtout les enfants entre 3 mois et 10 ans. Elle est due au virus varicelle-zona (VZV) qui appartient au groupe des herpès-virus.

L'un des symptômes les plus connus de la maladie est une éruption cutanée de petites tâches roses, qui vont se transformer en vésicules remplies de liquides. Ces vésicules vont ensuite sécher et former une croûte.

Des risques de complication chez l'adulte

La transmission du virus de la varicelle se produit :

  • par voie respiratoire (par inhalation de gouttelettes de salive émises par une personne malade);
  • par contact direct avec les vésicules cutanées.

Le virus de la varicelle, le plus souvent bénin chez les enfants, peut entraîner des complications chez les adultes (pneumonies, encéphalites, surinfections des lésions cutanées, etc).

Le VZV est également à l'origine du zona, une réactivation du virus contracté dans l'enfance qui provoque une atteinte neurologique. Les douleurs intenses peuvent persister plusieurs mois après la disparition de l'infection neurologique.

Publié par Aline Garcin, journaliste santé le Mardi 24 Juillet 2018 : 11h34
Source : "Région Grand Est", Réseau Sentinelles, consulté le 24 juillet 2018
"Reconnaître la varicelle de l’enfant", Ameli, 4 mai 2018
PUB
PUB
PUB