Des traces rouges et rugueuses sur la peau : et si c’était précancéreux ?

© getty

La kératose actinique, vous connaissez ?

Cette affection cutanée se manifeste par de petites lésions rouges-brunes et rugueuses, qui ont la particularité de ne pas guérir mais de persister durant des mois sur les zones les plus exposées au soleil.
Or, la kératose actinique peut donner lieu à des lésions précancéreuses.

PUB

La kératose actinique, ça ressemble à quoi ?

Traces rouges ou brunes, sèches et rugueuses et plus ou moins épaisses, qui apparaissent après la cinquantaine, surtout sur les zones qui ont été les plus exposées au soleil : le visage (front, nez, contour des yeux), le décolleté, le dos des mains, les avant-bras, la nuque, les oreilles, le cuir chevelu en cas de calvitie, etc. Elles ressemblent parfois à des plaques de psoriasis ou d’eczéma, mais elles ont la particularité de ne pas guérir, même après application d’une crème à base de cortisone. Elles persistent pendant des mois.

PUB
PUB

Que risque-t-on avec une kératose actinique ?

Les lésions de kératose actinique peuvent être précancéreuses, c’est-à-dire que si elles persistent durant des mois, elles peuvent dégénérer en cancer. En effet, on estime qu’entre 1 et 3 % de ces lésions peuvent se transformer en carcinome spinocellulaire, un cancer de la peau.

Il est donc recommandé de les montrer à un dermatologue afin de décider s’il est nécessaire ou non de les éliminer avant qu’elles ne deviennent cancéreuses et qu’elles n’essaiment dans l’organisme, touchant les organes voisins (entre 10 et 15% des carcinomes spinocellulaires donnent des métastases).

Rappelons qu’il existe plusieurs types de cancer de la peau :

  • Le mélanome, le plus dangereux, que l’on repère le plus souvent comme étant un grain de beauté ou une lésion noirâtre sur la peau qui évolue en forme et en couleur.

  • Le carcinome basocellulaire, le plus fréquent (90% des cancers de la peau), mais à l’origine de tumeurs bénignes qui guérissent facilement.

  • Le carcinome spinocellulaire, beaucoup moins fréquent, mais plus dangereux que le basocellulaire, avec une tendance à former des métastases.
Publié le 22 Juillet 2011 | Mis à jour le 29 Janvier 2016
Auteurs : Rédaction E-sante.fr
Source : Société française de dermatologie, www.
Voir + de sources
sfdermato.org, www.e-cancer.fr