Des chiens détecteurs de cancers de la peau

Les chiens peuvent-ils faire la différence entre un grain de beauté et un cancer de la peau ? Après les chiens capables de détecter l'hypoglycémie chez leur maître, c'est ce que viennent de suggérer plusieurs observations.
Publicité

On se souvient de trois chiens ayant détecté par une sorte de sixième sens une hypoglycémie imminente chez leur maître. En est-il de même des lésions cutanées cancéreuses ? Cette hypothèse repose sur quatre observations :

Publicité
Publicité
  • un chien renifle sans arrêt le grain de beauté située sur la jambe de sa maîtresse, allant jusqu'à essayer de la mordre à cet endroit. Un tel acharnement conduit cette femme à consulter un dermatologue qui découvre un mélanome malin ;
  • sur sa cuisse, un homme de 66 ans développe une petite zone arrondie d' « eczéma » qui grossit lentement. Cette lésion s'assèche puis finit par démanger le patient. Les traitements sont sans effet et il faudra l'arrivée d'un chien dans son foyer, qui renifle de façon insistance la lésion à travers son pantalon, pour que cet homme consulte à nouveau. Au final, il s'agissait d'un carcinome.Dans le cas de ces deux patients, les chiens ont donc pu sentir les lésions à travers les vêtements, puis s'en sont complètement désintéressés une fois enlevées ;
  • A l'initiative d'un dermatologue, un maître-chien a entraîné un chien à détecter des mélanomes malins en laboratoire. L'apprentissage terminé, l'animal a été mis en présence d'une personne présentant de multiples grains de beautés considérés comme bénins. Seuls l'un d'entre eux a attiré l'attention du chien, ce qui a décidé son ablation. L'analyse montre qu'il s'agissait d'un mélanome malin précoce.

Des travaux plus rigoureux sont indispensables pour analyser ces phénomènes et confirmer si certains chiens sont capables de sentir les odeurs de cancers cutanés. Il serait par ailleurs intéressant de savoir s'ils peuvent également détecter des odeurs associées à d'autres maladies comme la tuberculose ou le virus Ebola.

 
Publié par Dr Philippe Presles le Vendredi 28 Septembre 2001 : 02h00